20 témoignages de cinéastes suisses

Il est vital de conserver des salles de cinéma de proximité avec à l'affiche des films suisse et des films du monde entier.

Lieu de rencontre convivial pour la population locale, le Cinéma Royal doit exister pour continuer à faire partager un art, une vision de la vie, loin de toute question mercantile.

Merci à l'énergie d'Adeline Stern !

Fabienne Abramovich (réalisatrice)

Le pire, pour un film et son équipe, ce n’est pas de ne pas être aimé, c’est de ne pas être vu…

Combien en effet de projets, miraculeusement arrivés au bout du parcours d’obstacle que représentent chez nous la production et la réalisation d’un film, des projets rêvés et construits sur des années à force de conviction, de patience et d’obstination - et qui finalement n’ont pas l’occasion de rencontrer leur public, ou si peu, si furtivement… Le goulet d’étranglement, aujourd’hui, c’est bien les salles: il y a trop de films pour le nombre de spectateurs disponibles… Alors c’est la loi du plus fort, du plus « gros », du plus riche en moyens de production et de promotion - à  ce jeu notre cinéma est trop souvent le grand perdant.

Heureusement, il existe des exploitants de salle passionnés et prêts à prendre le risque d’inviter, de défendre, de promouvoir nos oeuvres. Ce sont nos alliés essentiels, c’est grâce à eux, grâce à des salles comme le Royal de Ste-Croix, qu’un cinéma d’ici peut continuer à vivre dans le coeur et la tête des spectateurs - et pas seulement dans des statistiques annuelles de production…

Que vive le Royal, longtemps - et je reviendrai avec le même bonheur y présenter mon prochain film!

Anne Gonthier (réalisatrice)

On ne le dira jamais assez : voir un film ou aller au cinéma n’est pas la même activité... Allez au cinéma c’est prendre rendez-vous avec des inconnues pour partager des émotions intimes dans cet espace public protégé qu’est la salle. Allez au cinéma, c’est être accueilli, c’est pouvoir compter sur l’attention de toute une petite communauté qui a choisi le film, qui œuvre pour  le projeter, qui maintient une salle ouverte et le fait savoir. 

Rares sont aujourd’hui les espaces où, avec des inconnues ou des proches, il est possible de pleurer, rire, crier, s’écrier, s’étonner, s’énerver, s’indigner, s’émouvoir sans être pris pour un fou ou une folle...

Rares sont en fait les endroits où notre communauté peut se constituer au plein sens du terme... 

Le Royal, depuis de nombreuses années et pour de nombreuses années, espérons-le, est l’une de ces salles où il fait bon passer, où il fait bon passer ses films, où il fait bon voir des films, où il faut bon rencontrer ses semblables. 

Alors que sont généreusement octroyés des centaines de milliers de francs afin de soutenir des événements consuméristes ou de prestigieuses Institutions citadines, le manque d’aide auquel des équipes engagées comme celle du Royal doivent faire face est vraiment navrant. C’est injuste. C’est stupide. Et c’est humiliant pour celles et ceux qui se dépensent sans compter. Il est quelque peu déprimant de constater à quel point le bon sens manque actuellement aux décideurs.

Thierry Spicher (producteur)

– 

En tant que réalisatrice et productrice suisse, il me semble essentiel que le cinéma Royal de Ste-Croix continue à nous projeter, pour notre survie.

Le cinéma Royal a une véritable âme et il sait encore motiver la jeunesse et les plus âgés, par ses multiples offres et événements. On a besoin d'associations de cinéma impliquées  telle que celle de St Croix, on a besoin de personnes passionnées, pour que le 7ème art suisse continue à nous faire rêver sur un grand écran.

Le travail fait par le cinéma Royal est vital pour notre profession. Un film, qui n'est pas vu est comme un film qui n'est pas fait. 

Maria Nicollier (réalisatrice)

– 

A l'heure ou le cinéma « Mac Donald » a envahi la planète à coup de scénarios tout ficelés sans surprises et époustouflants qui nous prennent par la main et nous racontent des histoires de supers héros en 3D vus revus, ingurgités et ré ingurgités, quelle place reste-t-il pour le cinéma d’auteur.

A l’heure où le sensationnel domine le monde et en particulier celui des arts et de la culture, comment faire survivre l’autre cinéma ? Quelle place donner à ce cinéma humaniste, ce cinéma surprenant, touchant et réaliste, sans artifices et souvent modeste. 

A l’heure où le téléchargement illégal démontre clairement l’intention de l’humanité de basculer dans un monde ou l’art et la culture n’ont même plus de valeur marchande alors que l’industrialisation et le profit n’ont jamais été aussi importants, le signal est clair. Le cinéma d’auteur doit se créer son propre monde. Il doit vivre en marge et l’assumer. Petit guerrier non-conformiste, il doit déserter les grands champs de bataille. Il doit objecter et cesser de se battre contre des armées de géants. Il doit se réfugier dans un monde parallèle à l’écart du monde industriel. Sa survie est dans la forêt. 

Dans cette forêt, il y a de petites clairières où il fait bon vivre. Les gens ont un cœur, on y boit de la bière artisanale et on parle des choses profondes.

L’une d’entre elle, s’appelle le cinéma Royal de Sainte Croix. Il faut la protéger, prendre soin d’elle pour qu’elle puisse continuer à accueillir les petits guerriers qui se réfugient dans la forêt…

Fred Baillif (réalisateur)

– 

Il y a des nouvelles qui fichent vraiment le bourdon. Celle qui annonce que le Cinéma Royal est en danger en est une. 

Le Cinéma Royal, c'est le genre de lieu pour qui vous aide rien moins qu'à faire des films. Notre travail n'y est pas consommé et digéré vite fait ou entre deux clics solitaires. Ici on rencontre des vrais passionnés, on se dit bonjour avant la séance, on attend encore un peu celles et ceux qui seraient bloqués par la neige dans un décor qui à lui seul témoigne de ce que peut être encore la magie du cinéma. 

Après la séance qui, plus qu'ailleurs, reste un moment d'émotions partagées, on ne part pas immédiatement. On reste. On parle de ce qu'on a vu et vécu. On échange des idées, on prend le temps. Le film se prolonge, vit encore un peu au-delà du générique. Il paraît que la chose il n' a pas si longtemps était banale. 

C'est devenu si rare qu'il faut absolument la protéger.

Pierre-Yves Borgeaud (réalisateur)

– 

 

Jedes Jahr kommt eine riesige Auswahl an qualitativ hochwertigen Filmen aus dem In- und Ausland auf den Markt. Längst nicht alle davon schaffen es auf die Kinoleinwand. Damit auch in Zukunft nicht nur diejenigen Filme mit den grössten Marketingbudgets gezeigt werden, braucht es neugierige Kinobetreiber, die für ihr Publikum die interessantesten Werke entdecken. Damit sind Kinos wie das Cinéma Royal de Ste-Croix unverzichtbare Plattformen für das unabhängige Filmschaffen.


Matthias Affolter (filmemachen)

– 

 

Le Cinéma Royal:

  • Des cinéphiles qui programment pour un large public, 
  • un lieu de culture et de rencontre, un accueil chaleureux, 
  • un lieu pour toute une région et pour les cinéastes qui peuvent y rencontrer un public intéressé et curieux qui les motive à continuer leur travail. 

Merci à toute l'équipe qui doit pouvoir continuer à faire aimer le cinéma, susciter la curiosité, organiser des rencontres et des échanges.

Barbara Erni (réalisatrice)

 

Cinema Royal in Ste-Croix ist ein heller Lichtblick voller Versprechen selbst von fernen Zürich aus. So fuhr ich zweimal nach St.Croix, um Filme von mir vorzustellen und das Publikum dort kennen zu lernen. Toll wenn ein Kino auf dem Lande es schafft, ein so breites und intelligentes Publikum zu haben. Dies ist auf Grund der unermüdliche Kraft von Adeline und allen die mithelfen. Filme leben nur mit Publikum und Publikum lebt im Kino und ein Kino ohne Publikum kann nicht leben. Wir müssen alles tun, dass Kinos wie Cinema Royal in Ste-Croix ein guten Leben haben.

Christoph Schaub (filmemaker)

 

Chère Adeline,

Votre cinéma mérite son nom, car nulle part sur ma tournée en Suisse en 2011 avec mon film BOUTON j'ai été accueilli aussi royalement qu'à Ste-Croix, par la reine du Royal qui s'est même occupée de mon logement. 

Les salles de campagne sont indispensables pour nos films d'art et d'essais. Pas seulement dans les villes existe un grand intérêt auprès d'un public cultivé qui ne veut pas se nourrir exclusivement de blockbuster main stream (expressions anglaises pas par hasard). 

Vos mérites pour le film suisse ainsi que pour le cinéma étranger qui sort des chemins battus sont incontestables et je vous en remercie en souhaitant que votre énergie et le soutien des autorités et partenaires tiennent encore longtemps. 

Vive le royaume du Royal et du cinéma indépendant, à Ste-Croix et ailleurs!

Res Balzli (réalisateur)

– 

 

La Suisse romande peut s'enorgueillir d'un réseau de salles de cinéma que nous envient les régions de province de tous les pays alentours. Par sa densité, la qualité des projections et la diversité des films proposés, le public bénéficie d'une offre remarquable dans des régions éloignées des centres urbains.

C'est plus particulièrement le cas à Ste-Croix, petite bourgade où les responsables du cinéma local s'ingénient, semaine après semaine, à projeter des œuvres ambitieuses et ce dans un cadre accueillant.

Et pour nous, cinéastes de ce coin de pays,cette salle est une sorte de havre où nous savons qu'avant et après le film, nous aurons l'occasion d'échanger avec des spectateurs enthousiastes et connaisseurs, toujours avides de découvertes. C'est pourquoi nous nous réjouissons tant d'y revenir, sûrs que la soirée sera belle ! 

Jean-François Amiguet (réalisateur)

– 

 

En avril 2011, je suis venue présenter "La petite chambre " au Cinéma Royal de Sainte-Croix. La salle était pleine à craquer, le public était curieux et sensible. Des gens qui aiment le cinéma. Et surtout LEUR cinéma.

Pourquoi?
Parce qu'Adeline Stern sait leur donner l'envie de sortir de chez eux, d'aller découvrir des histoires d'ici et d'ailleurs. Elle a fait de ce lieu un espace de rencontre, une passerelle entre les artistes et le public.

Pour nous cinéastes, ces possibilités de dialogues directs avec les spectateurs de nos films sont des moments privilégiés et essentiels, car ils nous rappellent tout simplement pour qui nous passons plusieurs années à la création de nos films.

Stéphanie Chuat (réalisatrice)

– 

 

Ich finde die Kinos auf dem Land und in den kleinen Städten einen wichtigen Teil der kulturellen Viefalt. Einen Film auf der grossen Leinwand zu sehen, im Dunkeln und mit anderen Leuten, ist immer noch ein ganz besonderes Erlebnis. Es wäre schade, wenn dieses Erlebnis nur noch den Bewohnern grösserer Städte vorbehalten wäre.

Mit ihrer abwechslungsreichen Programmation ermöglichen die Landkinos den Zuschauern auch Entdeckungen, die sie allein nicht machen würden, etwa kleine Filme weit ab vom Mainstream, besondere Geschichten, überraschende Bilder, ungewöhnliche Blickpunkte.

Frank Matter (filmemaker)

– 

 

Chère Adeline

Dans mon souvenir le Cinéma Royal à Ste-Croix est un Royaume très particulier: un univers des arts cinématographiques, du discours profond et de l'hospitalité chaleureuse. J'ai eu deux fois la chance de présenter des documentaires ("Que sera?" et "Thorberg") et j'en garde de très beaux souvenirs! Le public était très intéressé et le charme de la salle et de vous-même créait une atmosphère, qui s'ouvre aux spectateurs de toute sorte et aux films d'auteur du monde entier.

C'est ça le vrai cinéma et j'espère qu'il existera pour toujours!

Je vous souhaite le soutien des autorités et des cinéphiles de votre région et je me réjouis à retourner dans votre Royaume avec mon prochain film.

Dieter Fahrer (réalisateur)

– 

 

Le cinéma Suisse et les productions arthouse seraient morts sans des cinémas comme le Cinéma Royal de Ste-Croix.

Merci à Adeline Stern pour son engagement aimable et inépuisable.
Iwan Schumacher (réalisateur) le 25 juin 2015

Merci d'exister cinéma Royal ! 

Pour votre programmation de qualité, intelligente, diversifiée, pour vos évènements, pour votre amour du cinéma ! Merci pour votre accueil si généreux dont je garde un souvenir lumineux ! Merci à Adeline !

Bonne continuation.

François Kohler (réalisateur)

 

Au cinéma Royal, nous avons chaleureusement été accueillis par Adeline Stern et son équipe. Lors de cette séance, nous avons pu montrer à une cinquantaine de spectateurs un film en dehors des circuits des grands pôles de distribution (Pathé, Rex, UGC…). Nous avons bénéficié d’un engagement de qualité de la part de sa responsable, c’est-à-dire une personne compétente dans le domaine du cinéma, qui a su débattre et promouvoir notre film face au public présent.

Au cours de nos avant-premières, nous avons eu la chance de montrer nos film dans de nombreuses salles de cinémas indépendants, ceci dans toute la Suisse romande. Ces salles sont indispendables pour que vive un cinéma différents des grosses productions européennes et mondiales. 

Le cinéma indépendant a besoin de salles indépendantes pour son existence.

Soutenir le Royal, c’est soutenir la diversité d’une réelle liberté d’expression.

Les habitants de Sainte-Croix ont la grande chance d’avoir un tel cinéma dans leur petite ville, ne les privons pas de cette belle opportunité de s’ouvrir de façon inédite, originale et profonde sur le monde.

Joseph Incardona, (réalisateur)

– 

 

Il est des lieux qui sont des îles, des havres de bien-être et de culture dans une société qui souffre d’asphyxie… 

Il est des personnes qui attirent immédiatement notre sympathie par leur enthousiasme, leur rigueur, leur passion…

Le Cinéma Royal, c’est un peu tout ça. Un lieu superbe et une animatrice qui a encore le culot de programmer des films sans concessions, pour un public confiant qu’elle a réussi à rassembler au fil du temps. Un lieu qu’il faut défendre et protéger parce qu’il est précieux...

Au cinéma Royal, les cinéastes sont heureux et choyés dans une convivialité rare où ils rencontrent un public exigeant et averti. Ce fut mon cas et j’en garde un excellent souvenir.


Daniel Calderon (réalisateur)

– 

 

Mais que fait la Loterie? Elle rabote... Quelle tristesse.

La salle du Cinéma Royal est magnifique, le public très attentif et curieux. Quant aux personnes qui forment l'équipe d'accueil, elles sont toutes passionnées de cinéma et leur enthousiasme est contagieux.

Un cinéma indispensable dans cette région périphérique où Adeline Stern met tout en oeuvre pour rendre ce lieu vivant et bouillonnant. De plus, la programmation permet à des grands et à des petits films d'exister.. Et ça, même dans les grandes villes, ça ne se fait plus vraiment. Longue vie au Cinéma Royal!


Emmanuelle De Riedmatten (réalisateur)

– 

 

Weil solche Kino unglaublich wichtig sind für die Schweizer Kinokultur. Die Schweiz ist ein Land, wo der einheimische Film sehr gepflegt wird, gerade die kleinen Filme haben Chancen, denn gerade die Kinobetreiber von Landkinos unterstützen und lieben den Schweizer Arthouse Film. Es wäre fatal, wenn solche Landkinos in der Schweiz verschwinden würden. In Frankreich und in Deutschland verschwinden solche Kinos für Arthouse Filme immer mehr und viele gute Filme finden so den Weg nicht mehr ins Kino. Ich unterstütze das Schweizer Landkino. Zumal die Atmosphäre dort oft viel schöner ist als in den grossen Stadtkinos, weil die Landkinos meist von Familien betrieben werden und sehr viel Liebe reinstecken. Das spürt man und man ist als Kinobesucher noch ein kleiner König, hingegen in der Stadt oft nur eine Nummer. Mit herzlichem Gruss

Silvia Häselbarth (Filmemaker)

 

Coordonnées

Cinéma Royal
Adeline Stern

Av. de la Gare 2 - 1450 Sainte-Croix
Suisse

Tél. 024 454 22 49
Mobile 079 797 26 15

A l'affiche

Le programme de la semaine vous est présenté sur la page d'accueil, vous pouvez filtrer le jour souhaité de façon très simple.

Page d'accueil »

© 2017 Cinéma Royal de Ste-Croix