jeudi, 26 décembre 2013 10:33

Edito - 26 décembre 2013

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Une porte qui s'ouvre…

Voilà deux films que je savoure coup sur coup (en privé) et qui se terminent sur une image d'Espoir. Une porte sur le point de s'ouvrir. Deux films qui ne me laissent pas, une fois de plus, dans mes chaussures lourdes de boue terrestre, juste présente et impuissante.

Il reste bien des choses que je ne comprends pas, certes. Par exemple, comment nos jeunes peuvent, à la fois, apprécier Hunger games et avoir envie de servir auprès des plus démunis. Je m'explique, partout autour de moi, je les entends qui veulent changer le monde, pour le meilleur et pour longtemps. Ils y croient. Vraiment. Nous l'avons tous fait au même âge, me direz-vous. Peut-être. Mais depuis, on m'a tellement rabattu les oreilles, en langage tautologique, redondant, rabâché, ressassé, déçu, désolé, amer, frustré, j'en ai tellement lu… sur tous ces jeunes qui, tous ces jeunes dont, tous ces jeunes que et surtout tous ces jeunes qui ne pas, n'ont plus, et j'en passe, que je suis tombée de très haut depuis mon piédestal de vieille qui n'a pas mieux réussi, et qui, même si elle a fait ce qu'elle a pu,  a pu peu et pour cause… Alors que pendant ce temps là, l'une est partie en Turquie et dans les montagnes d’Afghanistan (ou du Pakistan ?) pour essayer de comprendre et pour rendre compte. L'autre a filé en Haïti donner un coup de main pour réparer les colères naturelles. Une troisième a passé six mois sur un bateau-bibliothèque pour partager dans le tiers monde. D'aucun servent à tous les carrefours et sous toutes les bannières. Peu importent lesquelles du moment qu'ils servent. Ils sont là, ils sont présents, ils sont partout, ils sont notre avenir et la lumière de notre planète (et la nique à la minorité qui a choisi un autre chemin).

Mais ne vous méprenez pas pour autant. Nos jeunes sont sans doute Sur la terre des dinosaures depuis peu, mais ils apprécieront tout de même d'aller voir le Hobbit, puis ils se regarderont dans Le miroir magique, ensuite ils compatiront avec Belle et Sébastien, et pour finir ils croiront à fond au Baiser d'Amour de la Reine des Neiges tout en s'insurgeant sur les injustices de 100% Cashemire.  Et tout cela en comptant sur vous pour leur apporter leur Lunchbox en temps et en heure bien entendu ! Fasse le ciel qu'ils ne deviennent jamais des Loups à Wall Street, même si c'est un Casse-tête chinois de nos jours d'inventer sa vie autrement.

Avant de clore cette dernière chronique de l'année 2013, j'ai très envie d'envoyer un IMMENSE MERCI à toute l'équipe du ROYAL. A Adeline, à Sébastien, à Claude, à Sarah, à Dominique, à Chloé, à Nicolas, à P.A., sans oublier Vincent et tous ceux qui travaillent dans l'ombre (c'est presque mieux au ciné !) pour notre plus grand bonheur, et nous offrent, année après année de quoi rire, de quoi pleurer, de quoi réfléchir et de quoi rêver. Merci aussi à tous les amateurs de films qui font l'effort de se déplacer pour donner au Grand Écran sa raison d'être et permettent que perdure la magie des salles obscures.

A tous un très joyeux Noël et de belles fêtes de fin d'année !

Christina

Lu 992 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix