mercredi, 14 janvier 2015 16:30

Edito - 14 janvier 2015

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Trêve de procrastination

Cet édito a une histoire… Je sais que j’aurais dû le commencer la semaine dernière, sitôt que j’ai reçu le PDF de Nicolas, mais voilà, le lendemain, mercredi 7 janvier, j’allais à Martigny voir l’expo sur Anker, Hodler et Vallotton, et à mon retour un message m’attendait sur le répondeur : « Appelle-moi ! » et voilà que ma quiétude béate était annéantie brutalement comme celle de toute l’Europe (voire du monde entier). Du coup, je n’étais plus motivée du tout. Comment rester enthousiaste, comment garder sa sérénité, sa joie de vivre naturelle devant des événements de ce genre ? Et puis, après trois jours de morosité grave « The show must go on » me suis-je dit… Alors je me suis plongée dans Spinoza pour remonter la pente, et j’ai relevé la tête pour regarder autour de moi… Or, il semblerait que, même si elle a très mal commencé, 2015 veuille nous enrichir le cœur et l’esprit avec quelques belles histoires. Laissons-nous faire… ça aura au moins le mérite de nous changer les idées, de nous distraire du réel, après tout, n’est-ce pas aussi à cela que sert le cinéma ?

Dès jeudi, départ en fanfare avec un conte fantastique Le septième fils. Un film qui semble passionnant, malgré le fait que ce soit de nouveau une vilaine femme, sorcière de surcroît, qui est la cause de tous les maux de la terre. On n’en sort décidément pas ! Dans Timbuktu par contre, les femmes sont d’emblée bien présentes et très courageuses, comme leurs alter ego (un alter ego des alter egi ?). La phrase qui m’a frappée dans la bande-annonce : « Où est Dieu dans tout cela ? ». Une phrase qu’on pourrait entendre tous les jours en ce moment. À méditer. Samedi soir, Deux jours avec mon père en présence de la réalisatrice. Une histoire cent fois racontée mais dont je ne me lasse pas, tant, à chaque fois, elle est réalisée d’une manière différente et unique. La question posée : « Et vous, vous l’aimez la vie ? ». À méditer. Surtout ne pas oublier d’amener les enfants au ciné dimanche, Les pingouins de Madagascar ont ressorti leurs costards !

Chic ! Pour se mettre en yeux jeudi prochain. Une jolie comédie qui devrait rappeler des souvenirs (Lady Chatterley) bucoliques à Marina Hands. Rappelez-vous, c’était une autre histoire de jardinier. Ah la culture ! Dès le lendemain nous en aurons plein à étaler avec Les héritiers. Une belle histoire, vraie cette fois, superbement interprétée par Ariane Ascarides (Mme Guédiguian à la ville) et toute une « bande de jeunes » qui vont nous démontrer, une fois de plus, qu’ils ont leur mot à dire. Et vive la vie ! Loin des yeux (dimanche en présence de la réalisatrice), est un témoignage émouvant sur la maternité depuis une cellule de prison. Une autre manière de nous rapprocher un peu des exclus de notre société. À méditer.

Le week-end suivant commence avec Northmen : A Viking saga. Poésie barbare paraît-il. Je me réjouis de voir ça. Une chose est sûre, la parité attendra. Je ne sais pas s’ils ont pensé au « repos du guerrier et aux lavandières et cuisinières », mais d’après le peu que j’en ai vu, la seule et unique femme – la fille du chef quand même faut dire ce qui est ! – doit se sentir bien seule dans sa belle robe. Rouge la robe, ça permet de la distinguer dans la foule de guerriers en folie, c’est toujours ça de pris… La rançon de la gloire, quelle histoire ! Un film d’après d’une histoire vraie (de nouveau) et qui se passe chez nous, avec les montagnes, les vaches et tout et tout. J’adore et je ne m’en lasse pas ! Comme le dit si bien monsieur Adatte, un hommage tragicomique aux laissés pour compte et au septième art… un nouveau petit bijou, à n’en pas douter. Et ce deuxième programme de l’année se terminera avec une autre perle Une belle fin, comédie dramatique britannique, qui nous donnera tout de même matière… à réfléchir.

Bons films !
Christina

Lu 1261 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix