Editos

Edito - 31 mai 2011

L’ai-je bien rendu ?

Tout un chacun n’est plus sans ignorer (sic) que les plus grandes découvertes (machine à laver, aspirateur, téléphone, ampoule électrique, phonographe, fusée vapeur) ont émergé simultanément (et sans concertation préalable des savants impliqués pour cause de non-invention de l’Iphone, pod, mail) aux quatre coins de la planète.

Manifestement il en est de même pour nos chers auteurs, scénaristes et réalisateurs. Je ne vais pas prendre ici le risque de vous lasser avec une courbe graphique (abscisses, ordonnées) qui vous donnerait un aperçu de l’évolution cinématographique de ces dernières années. Après la période “Il faut qu’on parle”; “Écoute ton enfant intérieur” puis l’incontournable : “Laisse parler ton coeur” nous sommes entrés de plein pied dans la décennie : “le réalisme avant tout”.

J’aime le cinéma, (presque) tous les films, le cinéma contemporain, le cinéma d’avant garde, les vieux films aussi mais je les ai (presque) tous vus. Mon péché mignon reste, après une journée bien remplie, de m’installer devant mon écran avec un petit souper et de savourer à la fois un bon film et une nourriture disons plus matérielle. Les deux sont souvent complémentaires et c’est très bien comme ça... enfin “serait” très bien comme ça si... invariablement, au moment où j’avale ma 1ère, 2ème, 15 bouchée.... mon vis-à-vis (l’acteur) n’en profitait pour régurgiter son repas (sa boisson) à lui!

Je ne suis pas difficile, la preuve: j’ai eu deux enfants... mais tout de même, ça finit par devenir lassant sinon friser l’intolérable. Ces pauvres acteurs, c’est vrai qu’ils doivent savoir tout faire de nos jours, et encore plus depuis les manipulations numériques... Je me demande comment cela se passe dans les écoles d’art dramatique. Classe du Professeur Duschmoll : “Maîtrise du dégobillage” (avec ses variantes : grossesse, cuite sévère, crise de foie, malaria etc). Me reste en toile de fond la question de savoir si tout cela est vraiment indispensable.

Il me semble qu’il n’y a pas si longtemps encore, il était possible de voir une scène d’érotisme majuscule sans que les protagonistes ne retirent un seul vêtement. Un lit défait, un drap froissé,  suffisait largement à expliquer ce qui venait de s’y passer et si d’aventure quelqu’un était malade, on le montrait courant vous savez où sans qu’il soit nécessaire de vous faire un dessin! Le souci du détail vous incombait alors, sans aucun interdit.

J’ai bien conscience que cet edito sort de l’ordinaire et qu’il n’y est parlé ni de L’Agence, ni de Philibert et encore moins de l’extraordinaire Revenge (on ne déflore pas pareil cadeau de toutes façons)... Cette fois il s’adresse directement à ceux qui “font” les films : “Mesdames et Messieurs les réalisatrices/teurs, je vous en prie... dans votre prochain long métrage, pourriez-vous faire en sorte que votre héros ne sorte pas tripes et boyaux juste pendant que je mange ?”

Merci d’avance
Christina


Edito - 24 mail 2011

L’herbe du voisin...

Noon ! Pas celle-là ! Je veux parler de celle qui est plus verte ailleurs!
J’avais un rendez-vous “en plaine” ce matin, et comme j’étais en avance (et elle en retard) j’en ai profité pour me balader entre les stands des maraîchers. Vous l’aurez deviné, c’est jour de marché et comme (presque) tout le monde, j’aime cette “ambiance”.

Le problème c’est qu’aujourd’hui, pour une raison encore de moi-même ignorée, j’ai beaucoup de peine à atterir et à aligner deux idées. Je ne me suis pas levée comme d’habitude, je n’ai pas eu mes deux cafés et en descendant avec le train qui m’amenait à la “grande” ville je me suis laissé kidnapper par le journal du jour (je sais, on dit un quotidien) qui traînait par là avec son lot de nouvelles fraîches ou faisandées... celui-là même que d’ordinaire j’évite de lire.

Une tornade par-ci, un nuage de cendres par-là, un nouveau scandale politique (quand “ils” ne peuvent pas les “descendre” avec des écoutes “illégales”, “ils” leur trouvent des crimes sexuels)... rien que du banal en fait, mon état d’impuissance demeurant permanent. Finalement j’ai raison de m’abstenir le reste du temps. Je suis sûre que je me suis évité bien des états dépressifs, voire même un burn-out du cerveau ! (j’irai confirmer la chose mercredi soir).

Pour en revenir à cette histoire d’herbe, tout ce qui précède est une raison de plus pour aller rendre visite aux Femmes du 6ème étage (j’adore Lucchini et vous ?) histoire de me rappeler mes vingt ans et ma petite chambre de bonne square de la Convention... et ensuite, et bien je partirai silencieusement à la recherche de mon âme.... quelque chose me dit que j’ai bien pu la laisser là-haut; qui sait ?

Bon  films!
Christina


Edito - 17 mai 2011

D’un Z qui veut dire Zorro...

S’il y a une  chose que je supporte affreusement mal c’est le constat d’impuissance réitéré face à une situation précise (Tsunami, Explosion de centrale nucléaire, Guerre civile, Escadrons de la mort, Overdoses, Manipulations politiques diverses). J’ai tout de suite envie de revêtir ma cape de Zorro et de partir, le Z au bout de l’épée, par une “nuit sombre et orageuse” (voir Snoopy écrivain) histoire de remplir mon devoir civique!

Hélas, l’ironie du sort me projette inlassablement dans la peau de Bernardo le fidèle, compétent mais néanmoins muet serviteur...

Tout ça pour dire qu’en ce qui concerne la Colombie (aaaah le sublime café d’Air France sur ses longs-courriers!) mon Zorro est reparti en vacances depuis longtemps... Et moi je me dis: d’une part qu’il n’est pas vraiment nécessaire d’aller si loin pour rencontrer les mêmes dérives que celles évoquées par Messieurs Lozano et Morris et, d’autre part, cela m’amène à me questionner sur l’application et la validité de cette même loi dite “Justice et paix” dans des pays tels que....
Voyons.... ????

En tout cas, ce samedi 21 mai risque de nous apporter quelques pistes plus qu’intéressantes...

Bon films et belle rencontre!
Christina


Edito - 11 mai 2011

C’est si compliqué tout ça....

Toi, moi et les autres. Il y en a qui disent que l’enfer c’est les autres. Toi et moi c’est bien, avec les autres parfois c’est trop. Il y en a qui ne peuvent se passer des autres... Ils sont prêts à faire n’importe quoi pour que les autres les regardent. Pour exister. “Aimez-vous les uns les autres” disent-ils. Et si moi je ne veux pas aimer certains autres? Oussama, Bush, Hitler? Il parait qu’ils ont tous eu une maman qui les a aimés... Il parait que je ne vaux pas plus qu’eux et qu’eux ne valent pas plus que moi. Il parait que nous sommes tous égaux. Oui, vous avez bien lu, vraiment égaux.  Je n’ai pas très bien compris en quoi je suis l’égale d’Hitler, et je dois admettre que ça me dérange un peu de penser à ça. Ça me dérange beaucoup même... C’est vrai; comment m’imaginer, humainement et égalitairement parlant que je n’ai rien de plus pour moi que ce monstre intégral? Le seul fait que moi je ne suis pas passée à l’action alors même que j’en suis potentiellement capable?

C’est comme pour Winter’s bone... Tu honoreras ton père et ta mère (désolée je suis en pleine crise mystique!), quel conditionnement! Et voilà que papa a payé sa caution en hypotéquant la maison... Difficilement honorable cela n’est-ce pas? Et là, une fois de plus, après avoir (comme presque toujours) commencé par aggraver la situation, c’est “les autres” qui sont venus à la rescousse, et toi et moi on va aller regarder comment ils s’y sont pris!

Peut-être qu’il y a quand même deux ou trois choses à prendre dans ce qu’ils appellent “les écritures” dommage qu’il y ait si peu d’images...

Bon films!
Christina


Edito - 03 mai 2011

Et si on dirait qu’on ferait un miracle ?

Hier soir j’ai vu pour la première fois “traiter” un homme avec du goudron et des plumes comme dans les Lucky Luke de mon enfance (La caravane de l’étrange épisode 22). Le goudron, ça va, ils ont ce qu’ils faut en Amérique. Pour les plumes, ils sont allés chercher un oreiller à la Migros du coin. En plein désert du Nevada il faut le faire, ils sont forts,  très forts ces ricains et pas que pour Ben-Laden-dix-ans-après... et je suis sûre que dans “True Grit” ils vont encore trouver d’autres combines bien plus “top”. Dans mon feuilleton par contre, là où c’était le plus épatant, c’est ce qui s’est passé ensuite. Il y a le “gentil” américain qui est apparu (comme par hasard sur la même route). Il s’est assis à côté de l’autre qui souffrait stoïquement (sauf si au lieu de goudron c’était de chocolat dont il était badigeonné mais ça on pouvait pas le voir en noir et blanc) et il a attendu que tous les vautours se posent alentour. J’ai oublié de dire que c’est une histoire qui se passait au siècle passé, quand on en était encore à : “Oeil pour oeil, dent pour dent”. Pour que le “gentil” puisse soigner la “victime” il doit (automatiquement) prendre “des vies” (dommages collatéraux) alentour. Or, en plein désert, il y a peut-être du choix pour les oreillers, mais pour le reste...
Une fois que tout était en place donc, le gentil a imposé ses mains sur le blessé et le goudron est tombé tout seul (si on avait su ça quand  j’allais à la plage gamine...). Bien sûr les vautours y sont restés, mais bon, vu qu’on en a encore bien assez dans nos banques, c’est encore un moindre mal.

Mais je me disais comme ça... que si pour “Bouton” (comme pour ma copine qui a la coqueluche en ce moment), il y avait aussi un “gentil monsieur” qui viendrait réparer les dégâts, ça, ça serait fort, très très fort!

Bons films!
Christina


Edito - 28 avril 2011

Fils/Fille de …

Pas facile d’être fils de... fils de roi, fille de chapardeur, fils d’usurier. Voilà trois jours clochants, Pâques oblige, que je torture ma pauvre cervelle enchocolatée pour faire le lien, tracer une parallèle si vous préférez, comme j’aime bien le faire quand c’est possible, entre les trois films qui vous seront présentés ce week-end. Et il y a cinq minutes tout juste (les cinq dernières minutes ça vous rappelle quelque chose ?) que je me suis dit : Bon sang mais c’est bien sûr ! Il est là, le lien, il est sous mes yeux, il est visible à l’oeil de taupe nu... Et si j’avais une seule seconde considéré non pas le bâtiment du Royal mais l’ÀME du Royal au sang si (fleur) bleu(e)... je n’aurais pas tergiversé si longtemps avant de vous dire: le lien entre ces trois films c’est l’AAAAmour bien sûr! Voilà une chose dont à laquelle on cause super cool bien dans notre cinéma préféré ! Quand on n’y parle pas de la terreur de la mort qui tue...

L’amour disais-je... oui, celui d’une femme pour son royal époux (divine Helena!) qui n’hésite pas à braver tous les protocoles pour que son homme puisse enfin accéder à la parole, lui qui vraiment, oui, vraiment, n’était pas fait pour ça !

L’amour d’un père pour ses enfants ensuite, prêt à braver tous les danger pour nourrir sa tribu (mais bon, en y réfléchissant bien, il y en a quand même quelques uns d’entre nous qui marchons sur ses traces à celui-là!).

Et enfin, un amour tout neuf, tout doux, totalement inhabituel, pour cet homme qui va devoir s’échapper des griffes du matériel pour entrer dans le plus pur inconditionnel... Aaaah ! Là où l’enfant paraît, rien n’est plus comme avant! Comme disait une (autre) amie : quand ils sont petits on voudrait les croquer... quand ils  grandissent on regrette de ne l’avoir pas fait!

Mais bon, ça reste du cinéma n’est pas ?

Bons films!
Christina


Edito - 20 avril 2011

Il y a des anglais, il y a des jardins...

Que de belles choses nous attendent pendant ce week-end pascal ! Ca  va pô être facile de choisir en genre et en nombre... une seule solution, tout prendre, tout voir!

Personnellement j'ai à déclarer (vendredi 21h/samedi 16h) la chose suivante : les enfants iront voir et  apprécier Titeuf-le-film et leur demanderai de m’en faire un rapport détaillé, quant à moi, de mon côté, j’entends me régaler avec  Another Year et Le Quatro Volte...

Comme une certaine adorable “gérante” de cinéma (Dieu que ce mot est laid et décrit mal la magicienne à laquelle je pense!) que je commence à connaître un peu (mais connaît-on jamais ses amis?) j’aime bien les films d’ambiance voire d'atmosphère (atmosphère, atmosphère!... Vous connaissez la suite - enfin ceux de mon âge bien  sûr qui ont eu le plaisir de voir certains films avec leurs parents, parce-que même pour moi il est “vieux”!).

Mais ne nous égarons pas; il fait juste trop frais pour passer l’après-midi dans le hamac (voir les “normales saisonnières”) alors, du coup, pourquoi ne pas aller à la découverte d’un jardin anglais ? Ceux qui ont apprécié des films comme  “Jardins à l’anglaise” et “Adam’s apple” me comprendront.

A la suite de quoi, puisqu’on m’y invite si gentiment, j’irai me laisser surprendre par le si poétique: “Le Quatro Volte”.  D’après le peu que j’en ai lu il me semble que ce film est particulièrement bien choisi pour illustrer le week-end pascal. Il semblerait qu’il y ait quelquefois, dans la vie, des instants de grâce où religions et églises ne sont pas indispensables pour cultiver sa foi et  laisser son âme exulter dans la plus parfaite sérénité!

Bons films!
Et joyeuses Pâques!
Christina


Edito - 11 avril 2011

Tournicoti - Tournicoton !

Vous vous souvenez ? C’est Zébulon - du Manège Enchanté -  qui nous disait cela le soir, autrefois, au moment du coucher... Toute l’équipe nous ravissait: avec Pollux au si merveilleux accent british et Margoton-la-malicieuse en tête...

Depuis hier soir je “tournicoton” cet édito dans ma tête. Je pense à Na Putu bien sûr. D’une part j’ai envie de chanter “...toute ma vie j’ai rêvé d’être une hôtesse de l’air....” et d’autre part me viennent des images d’intégrisme, de Burka, de Tchador (laquelle est tendance cette année ?)....

Je “vois” aussi ces gamins, dans des caves insablubres, réciter le coran à longueur de journée, le cerveau lavé (essoré ?), instrumentalisés à tout va (pourvu que mon fils ne connaisse jamais cela!) et surtout coupés du monde réel.

Et je “vois” l’amour, le Bel Amour, nié, broyé, déchiqueté, au nom d’une idéologie qui ne sert que ses démagogues...

Heureusement, il nous reste encore, à côté de tout cela, un cinéma d’animation de plus en plus consistant qui nous ouvre certaines portes tout en nous laissant nos capacités d’enfants:  s’émouvoir, s’émerveiller, s’intéresser, s’engager, se révolter et surtout : changer le monde.

Ça aide à remonter le moral entre deux remises en question... si nécessaires pourtant!

Bon films!
Christina


Edito - 4 avril 2011

Les Émotifs Anonymes sont-ils pour vous ?

Vous pouvez décider de suivre le mode de vie des Émotifs Anonymes, si vous croyez qu’il peut vous aider. Voici quelques questions auxquelles, nous, membres des Émotifs Anonymes pouvons répondre affirmativement et pour lesquelles nous trouvons des solutions dans notre programme :

1.    Avez-vous souvent l’impression que votre vie est un échec?
2.    Ressentez-vous souvent de la tristesse ou pleurez-vous sans raison apparente?
3.    Avez-vous souvent l’impression que tout le monde cherche à vous prendre en défaut?
4.    Votre vie est-elle dépourvue d’humour de situations amusantes?
5.    Êtes-vous souvent irritable ou violent envers ceux que vous aimez?
6.    Avez-vous déjà pensé au suicide?
7.    Avez-vous souvent de la difficulté à prendre des décisions?
8.    Avez-vous perdu tout intérêt pour des choses qui, auparavant, vous intéressaient?
9.    Vous trouvez-vous souvent incapable d’accepter ce que les autres font ou disent?
10.    Vous sentez-vous inutile?
11.    Vous sentez-vous différent des autres?
12.    Avez-vous perdu espoir que votre vie pourrait être différente?

Si vous répondez OUI à plusieurs de ces questions, il y a des chances que vous soyez émotif(ve).

Questions subsidiaires : quelles sont les émotions les plus caractéristiques exposées dans “Même la pluie” et “Black Swan”?  Pensez-vous que les personnages auraient leur place au sein des “Émotifs anonymes” ?

Bons films!
Christina

 


Edito - 29 mars 2011

Une petite chambre avec plein de questions dedans...

Je ne peux pas dire aujourd’hui comment je “finirai”. On ne choisit pas sa fin de vie. J’espère simplement m’effacer tout doucement en même temps, ou presque, que l’ultime homme de ma vie. Je ne sais pas comment non, mais d’ici là j’espère seulement que je n’aurai pas la mémoire trop courte; que je n’oublierai pas que ça ne fait pas si longtemps que l’espérance de vie est “montée” si haut et qu’il est à peu près “normal” (et non pas scandaleux!) que l’on commence à essouffler quelque peu après quatre fois vingt printemps.

Il paraîtrait, comme me l’a dit récemment une de mes plus chères amies (tiens au fait, que devient-elle ?) que nous serions la dernière génération à quitter cette planète de délices (oui, bon, enfin, je ne le crierai pas trop à Tokyo en ce moment!) avant nos descendants.

La dernière génération aussi à avoir entendu ses parents se révolter parce qu’ils ne peuvent plus “faire” le Mont Blanc pour la 7ème fois et la dernière génération enfin à entendre ses enfants râler parce qu’on n’est pas assez disponibles pour s’occuper des leurs...

Dans un ordinateur, la mémoire “tampon” on la vide quelquefois et c’est bien pratique... Alzheimer ça fait pareil pour les humains ?

Je me réjouis d’ores et déjà d’entendre ce que Madame Chuat et Monsieur notre Dr. Daher bien-aimé auront à nous dire à ce(s) sujet(s) mais avant tout : “Merci pour l’invitation” !

Bons films!
Christina

© 2020 Cinéma Royal de Ste-Croix