Editos

Edito - 18 janvier 2011

Heureuse époque...

… de la vie, où un simple exposé vous fait changer la face du monde ! Certains films (comme No et Moi pour ne pas le nommer) ont le chic pour me faire replonger dans une époque (si lointaine ? non ? si ?) où “j’y croyais” encore. C’était bien avant. Avant les multiples constats d’impuissance qui ont suivi. Avant le rappel constant de ma condition d’humain, subsidiairement de femme... Et puis la vie est passée par là et son érosion avec... De concernée, je suis devenue cernée, puis.... Touriste...

Heureuse époque...

… où des réalisatrices ne baissent pas les bras et récidivent. Elles nous parlent de foi, elles nous parlent d’amour, elles nous parlent d’humanité, elles sont femmes, elles nous disent qu’elles y croient et du coup nous amènent à y croire aussi, pas par la peur ni par la menace, juste par l’envie. Et la toute petite flamme du feu sacré s’est réveillée. Cette minuscule braise à l’intérieur de soi qui fait se sentir Vivant et dire que “ça” valait la peine...

Bons films !
Christina


Edito - 30 décembre 2010

Avec mon petit baluchon...

Une décennie chasse l’autre. Quittant le chemin 2010, je m’engage sur la vicinale 2011. Dans mon p’tit baluchon j’ai mis :
- Toutes les résolutions réussies
- Toutes les promesses tenues
- Toutes les épreuves dépassées
- Toutes les tâches effectuées avec succès
- Toutes les peurs jugulées

J’ai rajouté :
- Les rires des moments passés ensemble
- Le ciment des amitiés forgées
- Les regards des complicités partagées

Et aussi :

Les souvenirs tout doux qui remontent ponctuellement à la surface de l’étang de mes rêveries :
- Le petit menton volontaire de Chloé
- Le froncement de sourcils de Julien
- Le sourire en coin d’Anne
- Le regard bleu vif de Claude
- L’engagement de Sébastien quand il prépare une fête dont on sait qu’elle sera réussie

et last but not least
- L’enthousiasme d’Adeline quand elle nous a trouvé un “vrai bon film” et qu’elle se réjouit de nous le montrer !


Je n’oublie pas bien sûr tous ceux qui sont derrière le rideau et dont on ne parle (presque) jamais:
P.-A., Nicolas, Pascal et tous les autres qui se dévouent pour le Royal, notre cinéma préféré !

A tous.... UN IMMENSE MERCI POUR 2010, UNE TRES BONNE ANNÉE 2011 et...

Bons films !
Christina


Edito - 23 décembre 2010

Qui ment un oeuf, ment un boeuf...

J’ai toujours aimé cette réplique, rencontrée au coin d’un film dont j’ai oublié le nom. Le Dr. Lightman du feuilleton tendance (Lie to me pour ne pas le nommer) actuel  (merveilleux Tim Roth que j’ai tant apprécié dans “La légende du Pianiste sur l’Océan” tiré de la nouvelle d’Alessandro Barrico) saura sûrement vous le dire, mais voilà; il est en train d’emballer ses dernier cadeaux de Noël... et ça, c’est un vrai mensonge. Ouf, de mon côté la course est finie. Je me souviens... ll y a quinze ans en arrière, je finissais d’emballer les miens de paquets quand tout à coup j’ai perdu les eaux et … reçu mon plus beau cadeau de Noël ! C’est pourquoi, cette nuit, autour de minuit, les reliques de la vie que nous sommes, son père et moi, sommes allées derrière le rideau de sa chambre de jeux susurrer en prime time un “happy birthday” à notre ado pas toujours grognon... surtout quand il sait ce qui l’attend dans la double hotte du Père Noël... Je vous en dirai bien plus mardi après Noël si le grand moche méchant Grub ne nous a pas tous mangés d’ici là !

et en attendant....
Bons films !
Christina

PS : vous me direz, vous, qui a gagné le grand concours de Sébastien n’est-ce pas ? Et si vous ne savez pas de quel concours il s‘agit, courez vite au cinéma et demandez-le lui !


Edito - 15 décembre 2010

Il n’y a pas plus fou que le fou qui se croit sage... (Christinus Schwabus - 2010 A.C.)

J’y crois pas !!! ça fait quinze ans qu’il me dit que l’un des pires cauchemars de son enfance était de se retrouver enterré vivant... et voilà qu’il veut à tout prix aller voir “Buried”.

Une sorte d’exorcisme me dit-il ! Quelquefois ceux qu’on aime sont difficiles à comprendre... du coup, un petit tour sur le divan de mon psy ne serait pas de trop. Je vais aller ipso facto demander à Isabelle Huppert ce qu’elle en pense et si, de nos jours, les psy ont appris à nous écouter au lieu de se contenter de nous tendre une boîte de mouchoirs en papier... Une dent contre eux moi ? Ah! Vous voyez ça à quoi ?

Comme que comme, pour changer, je sens que nous allons vivre un week-end des plus relaxants dans notre cinéma préféré... vu qu’on restera allongé dans les deux cas !

Bons films !
Christina

PS : N’oubliez pas de vous relever tout de même pour aller voir les affiches et répondre aux questions du grand concours de Sébastien... sinon, à quoi ça sert que Maggi se décarcasse ???


Edito - 7 décembre 2010

Neige en novembre: Noël en décembre...

Je ne sais pas si vous êtes comme moi: chaque année j’enrage, à l’époque des fêtes, de pâques et /ou des grandes vacances en voyant revenir sur les manchettes des journaux les éternels poncifs... Publicités majeures pour le foie gras et les dindes en décembre qui aboutissent invariablement à : “perdez trois kilos avant l’été !”... On dirait que tout le monde s’accorde pour aller repêcher les articles des années précédentes et nous les resservir à la sauce coquetaille.... Pourquoi je vous disais ça ? Et bien pour mettre (une fois de plus !) en évidence le fait que ça ne passe pas ainsi du tout dans votre cinéma préféré !

En effet, vous allez pouvoir (une fois de plus !) constater à quelle extraordinaire équipe vous avez à faire... Adeline, Sébastien, Julien, Claude et les autres vous ont (une fois de plus !) concocté mondes et merveilles pour cette période de fêtes.... Entre une conférence passionnante sur la vie sauvage en Suisse, une Palme d’or du festival de Cannes, une Potiche hilarante et une soirée spéciale Thaïlande (et ce n’est qu’un début!) il ne sera même pas question de choisir, il faudra carrément prendre ses quartiers au Royal...

Ce qui vous permettra d’être sur place pour participer au Graaaaand Concooooouuuurs de fin d’année concocté par Sébastien pour tous les amoureux du cinéma en général et du Royal en particulier ! Un concours très original puisqu’il s’agira, à partir d’extraits d’affiches (22 environ) disséminés un peu partout dans le cinéma, de répondre à quelques (toutes petites) questions... histoire de tester votre mémoire. Trouver un réalisateur, un titre, un acteur, une actrice, voire tout à la fois.... rien d’impossible en somme pour le cinéphile qui est venu régulièrement depuis Pâques...

Et bien sûr, comme pour tous les concours, les prix seront.... phénoménaux !

  • 1er prix : 1 carte Ciné 100 de 6 mois...
  • 2ème et 3ème prix : 1 Abonnement de 10 entrées
  • 4 au 10ème prix : 1 entrée au Royal
  • Prix de consolation : affiches de film
Alors, je vous laisse aller à la recherche des extraits en question (dès ce week-end) et vous souhaite (puisque c’est la saison des voeux) :

Bonne chance !
Bonne conférence !
Bons films !
… et bon foie gras !

Christina

Edito - 29 novembre 2010

Des hommes, des dieux et... des petits mouchoirs

Mouchoir : pièce de batiste fine aux multiples utilisations.... On peut la laisser tomber aux pieds de l’Elu, le porter en pochette sur son Tuxedo, le secouer vigoureusement depuis la rambarde du Titanic pendant que la voix off crie “all aboard” dans le mégaphone et que Marilyn chante “Bye bye Baby” sur les genoux de son millionnaire... On peut aussi y faire des noeux appelés “noeud Aloïs” (ndrl : Aloïs Alzheimer) pour se souvenir des belles choses et bien sûr, on peut le mettre au fond de sa poche par dessus ses soucis, ses doutes et ses petites lâchetés au quotidien (voir ci-dessus l’emploi qu’en fait M. Canet). Evidemment, se moucher dedans devient accessoire (si j’ose dire!).

Allons bon! Voilà que je fais ma Baronne (mais oui, vous savez, Madame Nadine qu’on lit dans le magazine de la Migros). Allez savoir pourquoi. Finalement je me verrai assez bien en fin de carrière comme correspondante du courrier du coeur du journal de Ste-Croix (il faudra que je demande à M. Piguet d’ouvrir une nouvelle rubrique !). En attendant ce film tombe vraiment à point (tout comme “Des hommes et des Dieux” mais sur un registre bien plus sérieux par contre). Nous allons pouvoir faire toutes nos remises en question (salutaires!) juste avant les fêtes et les intentions de bonne conduite pour l’année qui vient. Pendant que L’Illustré nous illustrera (sic) les statistiques people de l’année précédente et que Mme Tessier nous menacera des météorites émotionnelles de l’an prochain. Ô gai l’an neuf !

Mais bon, la morale de cette histoire ne regarde que tout un chacun, n’est-il pas ?

Quant à moi je me réjouis de vous retrouver dimanche matin à 6 heures dans le seul cinéma du Canton qui propose des évènements à la hauteur de sa réputation !

Bons films !
Christina

Edito - 23 novembre 2010

A voir et à penser...

Est-on pardonné (par qui ?) si, au final,  une mauvaise blague devait s’avérer positive pour des millions de personnes ? Je viens tout juste de revisiter ma page Facebook, chronophage s’il en est et j’y ai lu les innombrables messages de mes colocaterriens solitaires. Nombreux sont ceux, et celles, d’entre eux qui ont senti leur coeur recommencer à battre, le voile de la déprime se lever un peu, depuis 2004. Et je ne parle même pas de certains miracles: tentatives de suicides avortées à temps et autres rencontres amoureuses de la dernière chance... (pas forcément dans cet ordre!).

Ceci pour le bon côté de la chose. Peu m’importe, après tout, comme je l’ai lu récemment dans 20 minutes, que M. Zuckerberg, le plus jeune milliardaire de la planète du siècle levant, soit à l’heure actuelle totalement monopolisé par de sombres guerres intestines et des enjeux d’une ampleur vertigineuse... Peu m’importe; en ce qui me concerne, je me contente d’ignorer royalement les bandeaux publicitaires, source de tous les maux, pour me concentrer sur la lecture attentive des problèmes, soucis mais surtout joies de mes congénères. Vivant dans un pays où (presque) tout est facturé au (juste) prix, je n’en reviens toujours pas d’avoir accès, jour et nuit, à la planète entière, pour un modeste forfait.

Je sais qu’internet supporte son lot de malversations, mais je ne peux m’empêcher de penser, optimiste que je suis, que si (tenez: un exemple au hasard) aux Philippines, le réseau était vraiment bien développé et accessible à tous gratuitement, une certaine catégorie de délinquance pourrait peut-être être évitée. Et alors (rêvons encore un peu) verrions-nous soudain des cierges s’allumer d’eux-mêmes sous la pluie ! Alléluia !

Bons films !
Christina

Edito - 16 novembre 2010

Nous vivons une époque formidable !

Je ne sais pas si, comme le souhaite Jean-Luc Godard : “L’Europe est actuellement heureuse” - ou alors il a dit ça parce qu'ainsi il est sûr de ne pas mourir encore (voir plus haut) -  mais en tout cas elle a tout pour l’être (heureuse) l’Europe.

Nous regardions hier soir, avec mon Jeannot, sur Youtube, un documentaire (gratuit) extraordinaire sur notre galaxie suivi d’un autre sur la taille de l’univers. Et soudain, de réaliser que tout l’univers était là, offert, quasiment dans le creux de ma main, cela m’a donné un certain vertige. J’ai repensé à toutes ces heures d’autrefois où, une fois ma tâche accomplie, je m’ennuyais ferme au bureau et je me suis dit que si j’avais eu, ne serait-ce qu’un échantillonnage de tout ce qui est à notre portée aujourd’hui, à peine 18 ans plus tard, ma vie aurait été bien différente.

Exemple : mon cinéma Royal préféré est fermé ? Je peux désormais me louer un vieux film d’un simple clic. En quelques secondes il apparaît sous mes yeux dans mon confortable salon... Trois clics plus loin, je m’offre, pour une modique somme, la lecture de mon magazine préféré. Besoin d’informations ? Il suffit que je pose une question, n’importe quelle question, en langage parlé ou télégraphique (avec juste quelques mots clés) et Tonton Google me répond aussitôt. Je n’ai plus quà choisir parmi les 225’000 réponses disponibles. Pareil pour les images...une petite envie de visiter l’ìle de la Réunion ? Et me voilà sur la webcam appropriée.... Quand on parle de surfer on n’est pas loin d’être tout près de la vérité... Je souhaite parler à mon amie américaine, et hop, je lui tape quelques mots sur ma boîte à bavardages...(je ne peux pas décemment parler de boîte à chats!)  et elle me répond en moins de 5 secondes ! Depuis son village situé à 5’000 kms de chez moi !

Comme je ne suis pas “née dedans” comme on dit, tout cela a encore pour moi des relents de magie pure et je suis d’autant plus contente d’avoir pu prendre le train en route. Alors l’Europe... je sais pas, mais : “une européenne heureuse OUI" (je parle du Continent bien sûr, pas de politique) et en attendant d’aller voir “The Town” vendredi soir, je retourne à mon e-book.

Bons films !
Christina

Edito - 08 novembre 2010

Ce qui ne nous tue pas...

Il y a cette femme qui me racontait que, toute jeune, elle pensait que jamais, au grand jamais, elle ne serait capable de s’occuper d’un enfant handicapé et qu’elle ne verrait pas d’autre solution, si cela lui arrivait, que de le confier à une institution. Cela arriva et, du jour au lendemain (ou presque), elle se transforma en éducatrice spécialisée, imaginant quotidiennement mille et une solutions pour égayer, réconforter, faciliter la vie de son enfant. Cet enfant qui, tout handicapé qu’il était, lui avait appris à rire, à vivre pleinement et à profiter intensément de chaque instant présent, de chaque victoire sur l’adversité.

Je n’oublie pas non plus tous les Jean-Jacques Rousseau, Helen Keller et autres Alexandre Jollien qui nous montrent un certain chemin... A contrario, des facultés intactes, un corps et un esprit performants ne sauraient garantir ni l’ardeur de vivre, ni celle de s’accomplir, ni la capacité et le désir d’entreprendre. Confronté à l’adversité du handicap, à l’inévitable de la mort, peut-être apprend-on tout simplement à vivre... ou pas.

J’ai eu tout à l’heure cette idée, pas si saugrenue que ça, que nous sommes tous des handicapés en puissance. Nous avons beau cocoricoquer, debout sur nos deux jambes avec (parfois) le nez au milieu de la figure, pas un seul d’entre nous à qui il ne manque qui quelques neurones, qui un peu de bon sens, qui quelques grammes de courage, qui un minimum d’esprit pratique ou de confiance en soi... Yo También et Benda Bilili! vont sûrement nous en apprendre encore bien plus sur notre si vulnérable condition humaine...

Bons films
Christina

Edito - 01 novembre 2010

LA NUIT DU COURT-METRAGE

Comme chaque année, à pareille époque, le Royal convie tous les passionnés de «cinéma bref» à passer ensemble la «Nuit du court-métrage», qui constitue toujours l’un des événements les plus appréciés de notre saison cinématographique. Les amateurs du genre sont conviés à découvrir quatre programmes qui les entraîneront tard dans la nuit, mais feront briller leurs regards…
Ouvrant les feux, «Attachez vos ceintures» constitue une collection de six courts-métrages d’animation sur le thème de la mobilité, dont l’extraordinaire «Logorama» qui a décroché l’Oscar du genre en 2010. Notre ode à la brièveté cinématographique se poursuivra avec la projection d’une sélection de quatre courts nominés aux Quartz 2010 (Prix du cinéma suisse), dont le film primé («Las pelotas»).
«Escrocs mais pas trop» proposera ensuite un diptyque irrésistible sur les voleurs à la petite semaine avec «Sur ses deux oreilles» et l’inénarrable «Mozart des pickpockets» distingué à moult reprises. Enfin, on en terminera avec l’anthologie «Classics remix» qui fait du «détournement des stars» un grand art!

Vincent Adatte


Prix de la nuit 25.- ou une séance 10.-, petite restauration tout au long de la soirée.

© 2022 Cinéma Royal de Ste-Croix