Editos

Edito - 8 juin 2009

Les échos de l'entracte

  • Du sucre ou du lait dans ton café ?
  • Bof, y'a pas que le café dans la vie…
  • Je vois, toi tu nous fais une poussée de fièvre… c'est quoi les prochains films annoncés ?
  • Ben, Anges et Démons pour commencer, et Tokyo Sonata pour suivre…
  • J'ai compris ! Dès que Koji Yakusho est dans les parages… je n'existe plus !
  • Ne sois pas stupide ! C'est vrai qu'il est "follement séduisant" comme ils disent sur Wikipédia, mais tu as quand même l'avantage de la proximité…
  • Et à part ça, ils en disent quoi d'autre sur Wiki ?
  • Des choses passionnantes bien sûr… un exemple parmi tant d'autres : figure-toi qu'avant de devenir l'acteur fétiche de Kyochi Kurosawa, il a fait plein d'autres choses. Son premier job par exemple, après le collège technique, c'est employé de mairie…
  • Ouais, donc plutôt marieur qu'à marier…
  • Marrant ! Mais tu n'y es pas du tout, ce qui est intéressant, c'est qu'à cette époque-là il s'appelait encore Hashimoto, or, quand il a commencé à tourner, c'est Tatsuya Nakadai qui lui a trouvé son nom de scène et il a choisi "Yakusho" qui veut dire à la fois "fonctionnaire" et "acteur polyvalent" en japonais… elle est pas belle la vie ?
  • Super ! Et le film dans tout ça ?
  • Ça, je n'en parle pas, ça titillera ta curiosité et tu n'as qu'à aller le voir… de toutes façons, un Kurosawa ne se manque pas !
  • Roger ! (ndlr: compris), alors j'y serai Soeur ! YesSSSSSSoeur ! Il ne me reste plus qu'à trouver une idée lumineuse pour occuper nos marmots pendant notre absence…
  • A propos d'illumination… je viens de me souvenir qu'on n'avait toujours pas retiré la vieille boîte à navets de dessous l'escalier de l'office, sois un ange et rappelle-moi de la démonter dès qu'on sera de retour tu veux ?
  • Ouh là ! Ce n'est pas une ellipse vertigineuse que tu nous fais là… mais bien plutôt abyssale, fais gaffe que notre "Bonne Étoile" ne pique pas la mouche, on va se faire virer… et ça serait pas chic de lui faire faire ça un 13 juin !
  • Ça sonne, on y retourne ?
Les deux du rang du milieu

Edito - 1 juin 2009

ET REGARDONS LE CINEMA ROMAND

En 2008, les réalisateurs romands ont sauvé le bilan mitigé du cinéma suisse en matière d’entrées. «Home» d’Ursula Meier (86'000 spectateurs), «La forteresse» de Fernand Melgar (40'000) et «Nomad’s Land» de Gaël Métroz (33'000) ont notoirement contribué à cette embellie, prouvant que le septième art dans notre pays ne s’exprime pas exclusivement en schwyzerdütsch!

Derrière ces locomotives, une ribambelle de cinéastes, jeunes et moins jeunes, s’activent aussi à tourner leurs films dont on parle certes moins, mais qui existent bel et bien! Pendant tout un week-end, le cinéma Royal va mettre en exergue cette vitalité créatrice qui fait un sort à des conditions de production souvent précaires. Cinq longs-métrages inédits composent une affiche «romande» à la diversité prometteuse. La plupart des films seront projetés en présence de leurs auteurs, ce qui laisse augurer de débats très animés!

Dans son documentaire «Liens de sang», Fabienne Abramovich renouvelle le portrait de famille. Avec «Du bruit dans la tête», Vincent Pluss s’aventure dans le fantastique, un genre rarement abordé sous nos latitudes. «Mon père, notre histoire» de la réalisatrice Mercè Carbo Bosch évoque une figure paternelle à l’ambiguïté bouleversante.

«Unfinished Stories», première fiction du Genevois Abel Davoine, transpose de façon très personnelle une nouvelle de Chandler sur le littoral breton. Le cinéaste et journaliste Marc Wolfensberger nous entraîne à la découverte saisissante de «La cité du pétrole», une plate-forme pétrolière gigantesque érigée sur ordre de Staline. Enfin, quatre courts-métrages viendront compléter ce panorama du cinéma romand «en train de se faire».

Vincent Adatte


Edito - 25 mai 2009

Les échos de l'entracte

* Tu es au courant pour les prochains films ?
* Ceux de la Fête du cinéma romand ?
* Mais non voyons, la fête c'est du 5 au 7 juin et d'ailleurs il y aura un compte-rendu spécial là-dessus la semaine prochaine, non, je veux parler des trois films du week-end prochain : La véritable histoire du Chat botté pour commencer.
* Belle histoire d'imposture…
* Peut-être, mais élevée au rang des beaux-arts ! Je sens que ça va être édifiant!
* Dis… tu ne prendrais pas une glace ce soir pour changer un peu ?
* Volontiers, au chocolat et toi ?
* Aussi
* Alors deux glaces au chocolat mademoiselle, s'il vous plaît ! Merci !
* Et pour samedi ?
* Hem, ça va être un week-end chargé tu sais, rien que samedi il y aura deux films nouveaux et intéressants. Frozen river en début de soirée...
* Qui parle de quoi ?
* D'un sujet assez brûlant et d'actualité depuis la nuit des temps, de trahison qui mène au désespoir, de désespoir qui mène à la délinquance… mais je ne te dirai pas comment ça finit parce que je ne l'ai pas encore vu !
* Et ça t'incite à te poser quelles questions ?
* Beaucoup. Par exemple, est-ce que les circonstances justifient vraiment tout ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre des délits pour la bonne cause ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre un délit, s'amender, réparer payer ses dettes à la société puis réintégrer sa place sans conserver une étiquette de délinquant ? Est-ce qu'une fois qu'on a goûté à cette façon de résoudre ses problèmes avec une morale un peu élastique, on n'est pas tenté, chaque fois qu'on pense que les circonstances l'exigent, de réitérer l'exploit… voilà quelques-unes des questions qui émergent à priori.
* Tout un programme en somme, je me demande si une vie suffirait pour y répondre ?
* Je préfère ne pas commencer ce soir, on y passerait la nuit…
* Alors parle-moi plutôt du second film.
* LOL voilà qui va passionner tous les fans de Sophie Marceau !
* Tu ne crois pas si bien dire ! Et ça aussi c'est un gros morceau à sa manière, même s'il semblerait qu'on y rie beaucoup.
* Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
* D'après ce qu'on m'a dit, on y parlerait des rapports mères-filles…
* A soi tout seul tout un programme effectivement !
* On y ajoute un brin de trahison, deux pincées de mensonge et c'est toute la controverse sur les rapports de l'être humain avec la vérité qui entre dans la danse…
* Tu en oublies les joies de l'adolescence !
* Tu as raison, elles se surajoutent et c'est un élément qui sera sûrement loin de faciliter la vie des protagonistes j'ai l'impression !
* Comme tu le vois. Bon, ça va nous faire un week-end chargé tout ça, heureusement qu'on a le lundi de Pentecôte pour s'en remettre…
* Sauf si tu veux aller revoir Frozen river une seconde fois !
* Finis ta glace au lieu de dire des bêtises et viens vite te rasseoir, c'est le fin moment !
* J'arrive !

Les deux du rang du milieu

Les échos de l'entracte

Les échos de l'entracte

  • Tu es au courant pour les prochains films ?
  • Ceux de la Fête du cinéma romand ?
  • Mais non voyons, la fête c'est du 5 au 7 juin et d'ailleurs il y aura un compte-rendu spécial là-dessus la semaine prochaine, non, je veux parler des trois films du week-end prochain : La véritable histoire du Chat botté pour commencer.
  • Belle histoire d'imposture…
  • Peut-être, mais élevée au rang des beaux-arts ! Je sens que ça va être édifiant!
  • Dis… tu ne prendrais pas une glace ce soir pour changer un peu ?
  • Volontiers, au chocolat et toi ?
  • Aussi
  • Alors deux glaces au chocolat mademoiselle, s'il vous plaît ! Merci !
  • Et pour samedi ?
  • Hem, ça va être un week-end chargé tu sais, rien que samedi il y aura deux films nouveaux et intéressants. Frozen river en début de soirée...
  • Qui parle de quoi ?
  • D'un sujet assez brûlant et d'actualité depuis la nuit des temps, de trahison qui mène au désespoir, de désespoir qui mène à la délinquance… mais je ne te dirai pas comment ça finit parce que je ne l'ai pas encore vu !
  • Et ça t'incite à te poser quelles questions ?
  • Beaucoup. Par exemple, est-ce que les circonstances justifient vraiment tout ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre des délits pour la bonne cause ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre un délit, s'amender, réparer payer ses dettes à la société puis réintégrer sa place sans conserver une étiquette de délinquant ? Est-ce qu'une fois qu'on a goûté à cette façon de résoudre ses problèmes avec une morale un peu élastique, on n'est pas tenté, chaque fois qu'on pense que les circonstances l'exigent, de réitérer l'exploit… voilà quelques-unes des questions qui émergent à priori.
  • Tout un programme en somme, je me demande si une vie suffirait pour y répondre ?
  • Je préfère ne pas commencer ce soir, on y passerait la nuit…
  • Alors parle-moi plutôt du second film.
  • LOL voilà qui va passionner tous les fans de Sophie Marceau !
  • Tu ne crois pas si bien dire ! Et ça aussi c'est un gros morceau à sa manière, même s'il semblerait qu'on y rie beaucoup.
  • Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
  • D'après ce qu'on m'a dit, on y parlerait des rapports mères-filles…
  • A soi tout seul tout un programme effectivement !
  • On y ajoute un brin de trahison, deux pincées de mensonge et c'est toute la controverse sur les rapports de l'être humain avec la vérité qui entre dans la danse…
  • Tu en oublies les joies de l'adolescence !
  • Tu as raison, elles se surajoutent et c'est un élément qui sera sûrement loin de faciliter la vie des protagonistes j'ai l'impression !
  • Comme tu le vois. Bon, ça va nous faire un week-end chargé tout ça, heureusement qu'on a le lundi de Pentecôte pour s'en remettre…
  • Sauf si tu veux aller revoir Frozen river une seconde fois !
  • Finis ta glace au lieu de dire des bêtises et viens vite te rasseoir, c'est le fin moment !
  • J'arrive !

Les deux du rang du milieu


Edito - 25 mai 2009

Les échos de l'entracte

  • Tu es au courant pour les prochains films ?
  • Ceux de la Fête du cinéma romand ?
  • Mais non voyons, la fête c'est du 5 au 7 juin et d'ailleurs il y aura un compte-rendu spécial là-dessus la semaine prochaine, non, je veux parler des trois films du week-end prochain : La véritable histoire du Chat botté pour commencer.
  • Belle histoire d'imposture…
  • Peut-être, mais élevée au rang des beaux-arts ! Je sens que ça va être édifiant!
  • Dis… tu ne prendrais pas une glace ce soir pour changer un peu ?
  • Volontiers, au chocolat et toi ?
  • Aussi
  • Alors deux glaces au chocolat mademoiselle, s'il vous plaît ! Merci !
  • Et pour samedi ?
  • Hem, ça va être un week-end chargé tu sais, rien que samedi il y aura deux films nouveaux et intéressants. Frozen river en début de soirée...
  • Qui parle de quoi ?
  • D'un sujet assez brûlant et d'actualité depuis la nuit des temps, de trahison qui mène au désespoir, de désespoir qui mène à la délinquance… mais je ne te dirai pas comment ça finit parce que je ne l'ai pas encore vu !
  • Et ça t'incite à te poser quelles questions ?
  • Beaucoup. Par exemple, est-ce que les circonstances justifient vraiment tout ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre des délits pour la bonne cause ? Est-ce qu'on peut vraiment commettre un délit, s'amender, réparer payer ses dettes à la société puis réintégrer sa place sans conserver une étiquette de délinquant ? Est-ce qu'une fois qu'on a goûté à cette façon de résoudre ses problèmes avec une morale un peu élastique, on n'est pas tenté, chaque fois qu'on pense que les circonstances l'exigent, de réitérer l'exploit… voilà quelques-unes des questions qui émergent à priori.
  • Tout un programme en somme, je me demande si une vie suffirait pour y répondre ?
  • Je préfère ne pas commencer ce soir, on y passerait la nuit…
  • Alors parle-moi plutôt du second film.
  • LOL voilà qui va passionner tous les fans de Sophie Marceau !
  • Tu ne crois pas si bien dire ! Et ça aussi c'est un gros morceau à sa manière, même s'il semblerait qu'on y rie beaucoup.
  • Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
  • D'après ce qu'on m'a dit, on y parlerait des rapports mères-filles…
  • A soi tout seul tout un programme effectivement !
  • On y ajoute un brin de trahison, deux pincées de mensonge et c'est toute la controverse sur les rapports de l'être humain avec la vérité qui entre dans la danse…
  • Tu en oublies les joies de l'adolescence !
  • Tu as raison, elles se surajoutent et c'est un élément qui sera sûrement loin de faciliter la vie des protagonistes j'ai l'impression !
  • Comme tu le vois. Bon, ça va nous faire un week-end chargé tout ça, heureusement qu'on a le lundi de Pentecôte pour s'en remettre…
  • Sauf si tu veux aller revoir Frozen river une seconde fois !
  • Finis ta glace au lieu de dire des bêtises et viens vite te rasseoir, c'est le fin moment !
  • J'arrive !
Les deux du rang du milieu

Edito - 18 mai 2009

Les échos de l'entracte

  • Déjà l'entracte ! Je n'avais pas vu le temps passer !
  • Que veux-tu ? C'est toujours comme ça quand le film est bien choisi, tu viens boire quelque chose ?
  • Volontiers, et je jetterai bien un coup d'œil aux films de la semaine prochaine en passant…
  • Ça sera déjà la fête du cinéma ?
  • Non, la fête du cinéma romand, ça sera du 5 au 7 juin, entre nous, j'ai déjà été voir la programmation, j'en salive !
  • Arrête, je deviens jalouse ! Parle-moi plutôt du week-end prochain va, ça nous fera patienter…
  • Bien mieux que patienter ! Ce sont quand même des petits bijoux qu'on nous présente là, déjà pour commencer Le déjeuner du 15 août
  • C'est italien non ?
  • Oui, et digne des plus grandes comédies d'après ce que j'ai lu et entendu…
  • Et l'autre ?
  • Ponyo sur la falaise près de la mer ?
  • Celui-là même.
  • C'est un dessin animé japonais bourré de poésie à ce qu'il paraîtrait
  • Et tu en penses quoi à première vue ?
  • Disons que… que ce soit par le rire italien ou le conte asiatique, on pourrait croire que le propos est de revendiquer pour chacun la liberté de vivre son propre statut…
  • A savoir ?
  • Le petit poisson rouge veut sortir de la mer, même au risque de provoquer un tsunami, pour accéder au statut de petite fille…
  • Un genre de petite sirène à l'asiatique alors ?
  • Éventuellement, mais avec des enjeux différents et néanmoins très intéressants.
  • Et pour le déjeuner du 15 août ?
  • Ce n'est peut-être pas un hasard si cet homme doit s'occuper de ces femmes pendant une période où, religieusement parlant, une simple femme, pire, une fille mère, a troqué son statut pour celui de mère de Dieu !
  • Là tu vas fort ! Mais c'est intéressant comme démarche…
  • Et notre héros va recevoir, le temps d'un week-end, plusieurs mères qui n'ont pas forcément, ni de près, ni de loin, ce statut là…
  • Et que va-t-il devenir ? J'ai l'impression qu'il porte aussi le monde sur ses épaules celui-là… ne va-t-il pas y risquer sa santé ?
  • Peut-être, on verra bien s'il arrive à transcender tout ça…
  • Oh, avec un zeste d'humour…
  • Celui qui "sauve" tout ?
  • Oui. Dis donc, à propos de zeste qui sauve, si on regagnait nos places ?
  • Bonne idée, d'ailleurs, ça sonne…
Les deux du rang du milieu

Les échos de l'entracte

Les échos de l'entracte
  • Bonsoir, on prendra volontiers deux thés nature s'il vous plaît !
  • Voilà une fin de semaine qui s'annonce pleine de promesses, tu ne trouves pas ?
  • Oui, à voir l'affiche de Face au juge,  je ne sais pas trop si j'aurais envie de me retrouver devant ce juge là, il m'a l'air bien sévère tu ne crois pas ?
  • Peut-être, mais c'est un peu le métier qui veut ça et nous, on va en profiter pour en apprendre un peu plus sur la nature humaine et ses motivations par le biais de ses déviances sociales...
  • Tout un programme !
  • Je trouve aussi, sans compter que la vie est bien faite (ou la programmation) parce que le films suivant, Le Liseur, enchaîne directement sur des cas de société assez difficiles...
  • Et d'après ce qu'on a vu ce n'est pas sa première tentative.
  • Non, déjà dans "Billy et Elliot", Stephen Daldry nous racontait l'histoire d'un pseudo boxeur côté cour qui s'entraînait à la danse classique côté jardin...
  • Et là, il nous parle d'une séductrice coté jardin qui aurait été une gardienne de camp nazi côté cour...
  • Autrement dit une personne qui travaille dans les transports publics le jour et dans les transports privés la nuit, c'est ça ?
  • C'est ça, mais plus encore puisque cette même personne aurait également ce passé très sombre de matonne.
  • Comme quoi l'être humain reste un animal d'une complexité désarmante...
  • Je me demande ce que ferait notre juge face à ce personnage ?
  • Je ne l'envie pas ! Ça doit être difficile de juger au présent un acte, si terrible soit-il, qui a eu lieu si loin dans le passé; d'autant que la personne a eu largement le temps de changer, d'évoluer, comme cette Hannah par exemple qui, de gardienne de l'horreur est devenue gardienne des délices de l'amour...
  • On est alors confronté à un sacré dilemme entre les déviances sociales d'une personne à une certaine époque et ses accomplissements  à une autre période de sa vie. De ce qui s'est passé entre deux, un juge ne sait pas grand chose et il doit pourtant se prononcer et définir une vie entière d'aujourd'hui, donc "du présent" sur un acte du passé... Drôle de grammaire non ?
  • Moi, ça me donne le vertige et je me réjouis de voir comment Monsieur Daldry va nous traiter ça !
  • Et Michel Bühler ... ancien instituteur côté  cour et chanteur côté jardin, devenu aujourd'hui un excellent artiste côté cour et côté jardin ?
  • Un écrivain non ? Mais bon, ça tu pourras le lui demander toi-même puisqu'il sera là !
  • Et tu tâcheras d'être à l'heure pour une fois, je ne voudrais pas rater ce plan fixe sur lui !
  • Ça sonne, on y retourne ?
Les deux du rang du milieu

Les échos de l'entracte

Les échos de l'entracte
  • Alors,  Quelles sont les futures annonces cinématographiques royales ? Tu as vu les affiches déjà ?
  • Je les ai vues bien sûr, elles semblent prometteuses : X-Men Origins par exemple…
  • Oui, il y a toujours des "super-nanas" sur l'affiche, dommage qu'elles soient derrière cette fois !
  • Non c'est mieux, sinon ça s'appellerait X-Women et ça pourrait prêter à confusion.
  • Trop drôle, et du coup on ne penserait plus forcément à un film fantastique…
  • Pas dans ce sens là non !
  • Bonjour Sébastien; pourrions-nous vous demander deux cafés s'il vous plaît ? Merci !
  • Et pour les autres films ?
  • On parle beaucoup d'homosexualité ces temps…
  • Tu n'as pas l'impression qu'on aurait souvent tendance à définir les gens d'après leurs préférences dans le domaine sexuel ?
  • Oui et je pense que c'est un peu dommage en ce sens que ces classifications arbitraires enlèvent une grande part de liberté et d'accès à la diversité…
  • ...ce qui appauvrit considérablement l'éventail créatif ! Tu as raison, on ferait bien mieux de parler de sexualité variée, plurielle ou multiple plutôt que de se cantonner dans l'hétéro et l'homosexuelle.
  • Et si ça se trouve c'est un peu ce qui sera évoqué dans le film de samedi prochain : Tableau de famille (Le Fate ignoranti). D'après le synopsis on dirait bien que ce couple a trouvé son équilibre dans des sexualités "variées" comme tu dis !
  • Malheureusement dans le secret, enfin, on va bien voir ce que Monsieur Ozpetek en fera… et l'homosexualité sur le plan politique qu'en penses-tu toi ?
  • Euh, un sucre ou deux dans ton café ?
  • Deux s'il te plaît, alors ? Tu sèches ?
  • Non, je ne sèche pas, mais je ne sais pas trop qu'en dire… Tu veux parler du film suivant : Harvey Milk je pense, le dernier film de Gus Van Sant ?
  • Exact, et ça sera certainement un film superbe, mais, une fois de plus, voilà un homme (Harvey Milk) qui aura passé sa (courte) vie à revendiquer son identité sexuelle alors même -  c'est mon opinion et je la partage - que ça ne devrait rien avoir à faire avec de la politique.
  • Je ne suis pas loin de partager la même, d'opinion… C'est vrai que s'il s'agit de faire de la politique sur ses préférences affectives, on pourrait tout aussi bien créer…
  • le parti d'en rire, comme Coluche…
  • oui, ou le parti des tartes à la crème…
  • où celui des tar…ta gu… à la récré…
  • ah ah ah que tu es stupide ! Et puis nous au fait, on fait quoi affectivement après le film ?
  • Ça sonne, on y retourne ?

Les deux du rang du milieu


Expo

Expo

Les échos de l'entracte

Normal 0 21 MicrosoftInternetExplorer4

Les échos de l'entracte
  • Tu me montres le prochain programme ?  Au loin des Villages, on n'en dit que du bien…
  • J'ai vu. Et je dirai même plus : j'ai fait ma petite enquête...
  • Ah bon ? Laquelle ?
  • J'ai recensé le nombre de réfugiés actuellement enfermés dans des camps sur notre belle planète
  • Et ça donne ?
  • Ça donne à peu près ceci (mais la liste n'est pas exhaustive et les chiffres évoluent sans cesse) :
  • 1'733'700 réfugiés en Europe
  • 1'035'900 réfugiés aux Amériques
  • 875'500 réfugiés en Asie et dans le Pacifique
  • 1'119'400 réfugiés en Afrique Centrale et dans la région des grands lacs
  • 187'800 réfugiés en Afrique Australe
  • 852'300 réfugiés en Afrique de l'Est dont 13'000 à l'Est du Tchad, venant du Darfour…
  • Et tu crois qu'on sera combien au Cinéma Royal, de Ste Croix en Suisse, pour assister à la projection du film de M. Zuchuat ?
  • Alors là… je donne ma langue au chat, mais c'est vrai qu'au vu de tous ces chiffres, même si la salle est pleine, ça ne sera jamais assez pour m'épargner un constat d'impuissance…
  • Et pourtant; on dit bien que les petits ruisseaux font les grandes rivières et que l'éveil de la conscience collective peut faire bouger les choses non ?
  • Oui, bien sûr, chaque goutte d'eau dans la mer est indispensable…
  • D'autant qu'on va pouvoir en parler avec notre compatriote réalisateur puisqu'il nous fera le plaisir de sa présence… tu auras l'occasion de lui soumettre tes cas de conscience !
  • Exact, et je m'en réjouis d'avance, et puis, tu as vu qu'on va avoir une fin de semaine plutôt chargée pour ce début du mois de mai ?
  • Oui, Grossesse nerveuse ça s'annonce bien… moi qui craque pour Tom Novembre !
  • En voilà un qui a une manière bien à lui de prendre ses responsabilités en passant par l'humour et la tendresse…
  • Et Marcello Marcello qu'en penses-tu ?
  • J'en pense qu'il va falloir lire entre les lignes, ça aussi c'est une démonstration de prise de conscience, à comparer peut-être avec certains travaux de M. Moretti…
  • Et Viva l'Italia !!!
  • Comme tu dis, mais ça me donne soif tout ça, tu prendras bien quelque chose non ?
  • Sûr, mets nous deux thés s'il te plaît ! Et le film suivant OSS 117 : Rio ne répond plus, tu en penses quoi à priori ?
  • Hum, difficile à dire, ça m'a tout l'air d'une démonstration historico-politique au Xème degré du style : "pouvez-vous vraiment nous assurer que vous êtes bien au fait d'être persuadé que les autres savent tout ce que vous savez et bien plus encore sans tout à fait le savoir entièrement mais que vous ne sauriez pourtant être sans ignorer…"
  • Trop drôle ! Et bien on va voir comment Monsieur Dujardin va nous cultiver ça !
  • Fine mouche va ! Pourquoi fais-tu intervenir Monsieur Voltaire ?
  • Ben justement, parce que tout ce que nous venons de dire ci-dessus me ramène à lui qui prétendait que chacun d'entre nous s'en trouve toujours mieux à cultiver son propre jardin !
  • En voilà un qui ne mâchait pas ses mots, en attendant ça sonne ! Tu as fini ton thé ?
  • Il y a longtemps, tu viens ?

Les deux du rang du milieu

 


© 2020 Cinéma Royal de Ste-Croix