Editos

Edito - 7 novembre 2014

 

Après Halloween et avant Noël, ça chauffe dans les cuisines du Royal !

Ce qu’il va y avoir au cinéma dans les semaines qui viennent ? Oui, je sais qu’il n’y a que ça qui vous intéresse, Vous me direz, sur un édito consacré au cinéma, Royal qui plus est, quoi de plus naturel ? Alors allons-y. La série commence avec Gone girl, ce soir même. Un film plein de suspense, mais qui parle aussi de ce dont il faut (ou pas) avoir l’air selon l’aune à laquelle on veut être jugé. Je vous montre ce que je veux que vous voyiez, mais pour le reste, vous êtes responsables de vos pensées… compris ? Demain soir on verra Geronimo. Pas le Dernier Grand Chef que j’ai vu étant petite, non, l’autre sur une mobylette. Les blancs destriers ne sont plus ce qu’ils étaient, il faudra nous y faire. Par contre les mariages arrangés, comme l’esclavagisme, ont toujours court. Mais tout de même, je me demande… si un choix judicieux fait par des parents aimants, et désireux de contribuer au vrai bonheur de leurs enfants, ne pourrait pas s’envisager à une époque où la moitié des mariages non-arrangés se soldent par un divorce ? Non ! Bon, tant pis, je remballe mes idées…Soirée spéciale NIFFF on Tour avec How to use guys with secrets tips, une alléchante comédie fantastique précédée d’un court métrage Pappkameraden assez mystérieux. Samba samedi. On en a déjà parlé non ? Quand il est dit qu’une travailleuse sociale doit garder ses distances coûte que coûte. Vous en connaissez beaucoup vous des gens qui font du bon travail en gardant leurs distances ? Moi pas… Plus tard dans la soirée, nous verrons Auto-portraits dans la marge en projection spéciale. Va-t-on enfin apprendre les secrets de la proximité ? Sans ficelles et sans effets spéciaux ? Sans coups de blanc et sans artifices ? Chouette alors, on va avoir une occasion d’évoluer…

Le week-end suivant, du 13 au 16, s’ouvrira et se fermera en compagnie de Woody Allen. Magic in the moonlight, sur une poésie de notre génial clarinettiste. Et pour une fois que Colin Firth n’a pas besoin de faire de l’alimentaire en participant à une daube, ça doit valoir le déplacement, j’y serai ! Soirée et buffet thématique ce samedi 15 à savourer à petites bouchées. Les recettes du bonheur (moi je les connais et vous ?), un film du réalisateur de Gilbert Grape (Lasse Hallström) qui ne peut être qu’excellent, on peut y aller les yeux fermés. Der Koch / Le Chef ensuite, et après le buffet pour lequel nous espérons que Martin Suter nous prêtera son cuisinier. Je ne sais pas, par contre, si Adeline va transformer la salle de restaurant en dortoir… À réserver la soirée de dimanche 16 avec Mme Ursula Meier. Les ponts de Sarajevo, série de courts métrages qui va nous prendre aux tripes je sens ça d’ici. J’ai lu la bande dessinée racontant l’histoire de Gavrilo Princip, édifiante ! Je vous la recommande une fois que vous aurez vu ces films, c’est bon pour le niveau culturel.

Entre le 20 et le 23 novembre, il va s’en passer des choses ! Je suppose que mon fils sera au rendez-vous d’Hunger Games, quant à moi je me précipiterai sur Mommy (enfin, façon de parler), j’aime bien ce cinéma canadien, brut de décoffrage, et encore si riche. Le sujet est d’actualité aussi et ne manquera pas d’ouvrir quelques portes (quelle belle sortie bateau, on voit que je suis en retard pour cet édito). On rajoutera à toutes ces merveilles la découverte du mois Le sel de la terre qui sera suivie d’un brunch à 13 h le dimanche 23 et d’un repas proposé par le Zonta Club à 19 h dans le cadre de la journée internationale contre la violence faite aux femmes. Je n’ai pas encore compris le rapport avec le synopsis du film de Wim Wenders, mais je suppose que tout cela nous sera expliqué en son temps, à moins qu’il ne s’agisse, comme nous le savons tous, du fait que ce sont les femmes elles-mêmes qui sont le sel de la terre…

Bons Films !
Christina


Edito - 16 octocre 2014

 

Colchiques dans les prés...

Je ne sais pas trop ce que je vais bien pouvoir dire dans ce nouvel opus. J'ai encore le coeur et la tête remplis avec tout ce nous avons aimé entre La fête du Cinéma et La nuit du court métrage. Tous ceux qui ont transpiré avec Tracks, pleuré avec Still the water, hurlé avec Leviathan et éclaté de rire avec Wanted Melody me comprendront, sans oublier Zu dir qui nous a fait regretter d'avoir manqué d'imagination (et d'humour !) autrefois.

Une fois n'est pas coutume, nous allons commencer par un coup de coeur. Je vois qu'Adeline continue à être aussi férue que moi de Social British, même s'il n'est pas du début 19ème. Et Pride me semble être un joli petit bijou, plein d'émotion, de bon sentiments et de convictions. Et cette fois sans vociférations parturientes (clin d'oeil à Claude). Avant d'aller dormir, c'est mieux de ne pas regarder de film d'horreur, mais bon, il y en a que ça stimule au contraire.. Enfin, moi, je dis ça, je dis rien hein… c'est à vous de savoir. Dimanche 19, nos chères têtes blondes vont être scotchées devant les Boxtrolls, pendant que nous irons aider Sébastien à tartiner les sandwiches ou à ouvrir les bouteilles, histoire que tout soit prêt pour accueillir les réalisateurs de Kaboul Song, un documentaire édifiant, comme on sait si bien en dénicher au Royal et que les amateurs apprécient. Un film sur la musique, l'immigration, sur le coeur d'un pays qui bat malgré la guerre et qui exulte de tout son art. Il sera suivi, après un buffet thématique, de Mon père, la révolution et moi, également en présence de la réalisatrice. Ayant vu le trailer, je peux vous dire que ce film vous accroche, au premier regard, par son honnêteté et sa profondeur, voilà une soirée, deux rendez-vous, à ne surtout pas manquer.

J'ai failli me faire avoir ! J'ai lu, jeudi 23 octobre (tiens, je me suis mariée une fois un 23 octobre) Pause, et j'ai failli traduire relâches. Mais non, c'est bien d'un film dont il s'agit et le premier long-métrage de Mathieu Urfer le bien connu en plus ! Mon petit doigt me dit, que si nous voulons du charme, de la romance et des acteurs très doués (jeunes et vieux), nous allons être servis. Et nous pourrons même le revoir dimanche 26 et faire connaissance avec l'équipe du film quelle chance ! Le lendemain, sera présenté Samba avec Omar Sy et Charlotte Gainsbourg, inutile d'en dire plus, le week-end sera riche, surtout si vous venez découvrir Shell. un autre trésor du cinéma indépendant découvert par notre bonne fée gérante.

Entre le 29 octobre et le 2 novembre, nous aurons droit, entre autres, à quelques savoureuses nouveautés. Que les plus jeunes n'oublient pas la Lanterne magique du 29 surtout ! Il y aura Black Coal, dernière perle noire du cinéma chinois et un thriller captivant en ouverture de la soirée Spécial Halloween, juste avant Dracula Untold. Dracula, c'est l'histoire d'un (beau) mec qui fait des tonnes d'efforts méritoires pour acquérir le pouvoir de nourrir sa famille et trucider ses ennemis. Comme nous tous les lundis au bureau donc. Vous allez a-do-rer. Et après, si on a encore un poil de sec (pareil si on n'en a plus) on aura droit à un Buffet spécial Halloween. Il y aura sûrement de la soupe à la courge et un pote-tout-rond avec des bougies dedans, puis on terminera la soirée avec Annabelle, l'histoire d'une (belle) meuf qui doit passer par plein d'épreuves terribles pour nourrir sa famille et protéger son mari. N'oubliez pas, c'est la soirée Halloween. Distribution gratuite de Xanax à l'entrée. Ouf, dimanche, on se calme avec la Z'alp Transhumance, un film superbe et bien de chez nous, en présence du réalisateur. Ils aiment beaucoup venir à Ste-Croix les réalisateurs, vous avez remarqué ? Sans doute parce qu'ils sont bien accueillis… Merci qui ?

Bons films !
Christina


Edito - 25 septembre 2014

 

Je ne sais pas comment elle fait…

On l'attend d'un côté, elle arrive par l'autre, il se peut qu'elle soit en retard, mais c'est parce qu'elle a pris de l'avance ailleurs. Au four ET au moulin, c'est l'expression qui lui convient. Une bombe d'énergie, ça lui va bien aussi. Elle prend un micro pour nous insuffler sa passion, mais c'est presque inutile. Son amour des images, des sons, des gens, des mots, des idées, vraiment, ça passe tout seul, avec un brunch ou un couscous (tout comme là-bas dis !) Elle s'enflamme pour un réalisateur, en vilipende un autre, nous transmet son savoir, nous amuse de ses anecdotes, nous distrait par n'importe quel temps et, justement, par les temps qui courent… ça fait du bien ! Un feu follet à la joie de vivre communicative, je vous le dis moi (sauf à cinq heures du matin quand il faut dégivrer le pare-brise, je sais). Tout ça ne l'empêchera pas de se mettre derrière le comptoir pour faire la vaisselle en toute efficace humilité, de vous apporter votre café sucré comme vous l'aimez, tout en partageant sur un tas d'idées très pointues. C'est un petit bout de femme qui « traite » certaines de ses consœurs de « sacrées bonnes femmes » alors qu'elle n'a vraiment rien à leur envier. C'est un bâton de dynamite que son amour pour les gens enflamme. Un rayonnement d'amitié permanent que j'ai bien de la chance de côtoyer. Et s'il n'en fallait qu'une pour gérer ce cinéma, ça ne pourrait être qu'elle, merci Adeline Stern !

Parler des films de ces trois prochaines semaines ? Oui, bien sûr et pourquoi pas ? Maintenant que le plus important est fait. On ne se la joue pas au mérite hein ? Aujourd'hui pour commencer, c'est la journée mondiale de l'Alzheimer. Zut, j'ai failli l'oublier. Ha ha ! Alors ce soir il y a un film, et là, je dois compter sur ma mémoire parce qu'il ne figure pas au programme, qui s'appelle Tête en l'air. Enfin je crois. Il est important que tout le monde vienne en parler ensuite avec Madame Martensson et le Dr. Daher. Il y aura encore pas mal de rendez-vous importants ce mois, à commencer par le grand concours de dactylographie sur les vraies machines d'avant les ordinateurs, oui, oui, avec les rubans qui giclent et les touches où on se coince les doigts (en tandem avec le Musée des Arts et des Sciences de Ste Croix) et le film qui va suivre Populaire, avec Romain Duris et Deborah François. Le 2 octobre à 20 h CinémAddiction avec la Fondation Bartimée et le Grea nous présenteront Ben X, une histoire qui nous fera réfléchir sur l'autisme et l'impact des jeux vidéos. Peut-être que ça va balayer quelques idées fausses ? Ce mois aussi à ne manquer sous aucun prétexte, le 11 octobre, la très attendue Nuit du court métrage avec, de nouveau, un programme des plus alléchants et bien sûr, des tas de bonnes choses à manger ! Qu'on se le dise !

Je ne saurais trop vous recommander notre soirée à découvrir avec Boyood ou les effets de la durée (du temps) sur l'être humain... et encore notre coup de coeur Nos étoiles contraires, une Love Story pleine d'émotions come on les aime. Hélas (ou heureusement ?) Léviathan, L'Abri (en présence du réalisateur), Le Souffle des Dieux, le Procès de Viviane Amsalem et Saint Laurent, sont tout aussi incontournables. Il va donc falloir choisir, à moins qu'on ne vote un nouveau budget pour faire construire une annexe hôtelière sur place. Mais en attendant...

Bon films !
Christina


Edito - 12 septembre 2014

 

La fête de tous les sens... enfin presque !

Ils vont venir, ils seront tous là pour savourer ces trois jours. Et on vous en promet des merveilles, vrai de vrai ! Neuf films en avant-première ou en première suisse ! Des films riches, des oeuvres magnifiques et conséquentes, un week-end dont vous ne sortirez pas indemne. Ça commence très fort avec Sin City jeudi soir (et lundi soir), histoire de se réveiller. Un film qui va plaire à tous les connaisseurs de BD, servi par des acteurs épatants.

Ça continue vendredi soir avec The giver, rien que de lire le synopsis, j'en frémis. Dans un futur lointain (j'espère !) les émotions auront été éradiquée.,,, Plus de mémoire propre. Ça ne serait pas déjà le grand rêve de nos dirigeant ça ? Bon, là, quelque chose me dit qu'il va y avoir comme qui dirait des bâtons dans les roues… à moins que ce ne soit un grain de sable dans l'engrenage. Allez savoir !

Samedi et dimanche on passe la journée au Royal, on compte sur vous hein ! C'est pas le moment de nous laisser tomber alors qu'il y a une programmation de rêve ! Pour commencer samedi : Tu veux ou tu veux pas ? ça me rappelle des sacrés souvenirs et quelque chose me dit qu'on va bien rire, on en a tous besoin. 3 coeurs pour suivre, l'histoire d'un crève-coeur justement, comme il nous en est arrivé à tous dans la vie. Un film au bout duquel on se demandera : et si ? en pensant à ce moment où tout a dérapé, nous a coulé entre les doigts, et où on aurait tellement voulu pouvoir revenir en arrière, juste de cinq minutes...

Après un bon repas partagé (réservations fortement recommandées au 079 797 26 15), nous sera présenté le dernier film de la soirée Bande de filles. Un très très beau film, parmi ceux qui nous rassurent sur la capacité de résilience de la next generation !

Dimanche sera une journée comme il nous sera peu donné d'en vivre. Tracks, pour nous mettre en appétit, juste avant le fastueux brunch prévu, un documentaire fascinant qui va nous nourrir d'images époustouflantes et nous donner soif ! On continue, après le brunch avec Still the Water, je vous recopie ici les paroles de la réalisatrice que je trouve exhaustivement évocatrices : "Je souhaiterais que les spectateurs se rendent compte que nous, les hommes, ne sommes pas au centre de toutes choses ; nous ne sommes qu’une partie du cycle de la nature. J’ai voulu construire une histoire qui induise que cet immense cycle dans lequel nous sommes contenus est d’essence divine. Notre âme est complexe, vague et imprévisible. J’espère, par ce film, voir grandir la sagesse de l’homme au contact du dieu que nous appelons nature."

Hin und Weg, un autre film extraordinaire ce dimanche-là, véritable célébration de vie et d'amitié, de compassion, d'empathie et d'amour, un "tue la mort" qui laissera des traces ! Et pour finir ce week-end en beauté (sans pour autant oublier que le lundi du jeûne vous aurez une seconde chance de voir ou revoir Sin City) il vous sera proposé le tout dernier Zviaguintsev (à votre avis commbien de points au scrabble ?) Leviathan. Avant même de l'avoir vu, je sais déjà ce qu'il va réveiller en moi d'émotions, de colères et de réfléxions… alors je n'irai pas plus en avant dans la description, ce serait déflorer le sujet, un seul indice : c'est un film qu'il faut absolument avoir vu.

Belle fête à tous !
Christina


Edito - 25 août 2014

 

Manichéen… ou pas ?

Il faut croire que les événements politiques récents remuent bien les consciences. Voilà trois occurrences où je tombe sur des recherches de solutions pour changer le monde et/ou le rendre meilleur. Les déçus réussiront-ils à oublier leurs ressentiments et leurs besoins de vengeance ? Les philosophes sauront-ils trouver des idées nouvelles et applicables ? La race (ndlr humaine) voudra-t-elle bien un jour se remettre en question ? Je ne sais pas si le film La planète des Singes, l'affrontement nous donnera toutes les réponses, mais peut-être aurons-nous droit à quelques pistes ? Et que dire d'une bouffée d'amour pur avec cette Party girl qui va nous donner une belle leçon de vie. Choisir entre être femme au foyer ou papillon de nuit ? Ou être capable de tourner la page et d'opter pour la sérénité ? Le dernier Walt Disney, Echo, va sûrement nous ravir, il comporte, une fois de plus tous les ingrédients d'une mayonnaise uesse réussie et nous posera, en douceur sur la voie (lactée) de la soirée. Toute l'équipe du film sera là pour nous présenter Milky Way en avant première s'il vous plaît ! Je viens de regarder la bande-annonce et, c'est marrant, ça me fait toujours la même chose chaque fois que je regarde un film qui a été tourné dans mon pays… je ressens une certaine familiarité, ça me fait un drôle de truc dans le ventre, et je cherche bien plus à reconnaître les endroits filmés qu'à suivre l'intrigue, alors, vous me raconterez hein ?

La semaine suivante c'est Les gardiens de la Galaxie qui seront à l'affiche. Je me réjouis de voir ça. Déjà qu'on n'est pas fichu de se garder nous-mêmes, alors la Galaxie… Mais finalement, gardiens c'est quand même bien plus joli que concierges non ? Un tout autre registre je suppose avec Sils Maria (j'aime bien Juliette Binoche). On descend des étoiles et on revient dans une des plus belles régions de Suisse pour essayer de faire le deuil de notre jeunesse… chiche ? Une grande première suisse encore et pour suivre avec Opération Casse-Noisettes (à 16 h 30 ???). Me fait penser que j'ai trouvé un magnifique casse-noix à la dernière vente de Noël. Bref, il ne s'agit donc pas ici de Tchaïkowski (vous aviez pensé quoi ?) mais d'un film d'animation (tout s'explique) qui nous parle de survie, tout simplement. Un film suisse encore pour suivre avec Capitaine Thomas Sankara. Adeline nous avait dit effectivement qu'elle passait un nombre impressionnant de films suisses chaque année, il est donc bon de le noter ici. Ce film, réalisé par un Suisse n'est cependant pas tourné en Suisse mais au Burkina Faso, La terre des hommes intègres. Cerise sur le gâteau, nous aurons le plaisir de faire connaissance avec le réalisateur autour d'un apéritif à l'africaine.

La dernière semaine de cette programmation nous  propose New-York Melody. Très jolie comédie romantique. Elle ne nous fera probablement pas mal à la tête, mais rejoindra sans aucun effort la série des feel-good movies qui nous repose un peu des intox de violence. Encore un documentaire suisse, Service Compris, décidément on est gâtés cette fois ! La bande-annonce est chouette. Elle me rappelle ma prime jeunesse. Je me suis toujours demandé s'il y avait une seule femme de ce pays qui n'avait pas été serveuse (on dit sommelière aussi alors que ça n'a rien à voir avec le sommeil vous pouvez me croire) au moins une fois dans sa vie… Le film de ce week-end là est un coup de coeur : Winter Sleep. Il y a tellement de superlatifs pour décrire cette palme d'or, que je préfère me faire une opinion par moi-même. Et pour cela, tous au cinéma Royal !!!

Bons films !
Christina


Edito - 3 août 2014

 

Eté pluvieux, été heureux… pour le cinéma !

Sous le soleil de Marseille, il y a des gens seuls, des gens qui attendent et des gens qui n'en peuvent plus d'attendre et qui s'en vont (sous la pluie de Ste-Croix aussi). Pour savoir dans quel ordre tout cela se passe, il suffit de... tirer sur le fil d'Ariane. Cette semaine-là il y aura de la fièvre le vendredi et le samedi soir avec Sexy Dance 5 et en 3D s'il vous plaît. Pour ce nouvel opus, l'accent sera mis sur la passion et les sacrifices inhérents à celle-ci, rien que du sérieux donc, on se demande : pourquoi Sexy ? Surtout gardez vos lunettes pour Planes 2 en 3D dimanche, vos chérubins en auront bien besoin. Et puis, une fois ceux-ci couchés, vous aurez le champ libre pour une soirée qui promet d'être "chaude". Comme tous les dimanches de cet été, un repas vous sera proposé entre deux films. Je ne sais pas trop ce que je vous ferais déguster si j'étais à la place du cuistot du jour. Only lovers left alive ? Dallas Buyers Club ? Jus de tomates et M&M's ? Oui, ça va le faire ! The way he looks, en première suisse ? Encore une belle histoire d'amour. Quant on dit que l'amour est aveugle, ce n'est pas toujours faux. Quoique. Zero Theorem, une véritable mine d'or. Toutes les réponses sur le sens de la vie, et le tout orchestré par l'inimitable Terry Gilliam. Pas une minute à jeter ! Nos jeunes (et moins jeunes) seront ravis d'avoir la possibilité de voir et/ou revoir) Transformers 4 deux soirs de suite. Mais aussi Dragon 2 en 3D dimanche à 16h (s'il pleut c'est chouette!) et ce week-end là sera, une fois de plus, avec The way he looks et Freier Fall, dédié à l'amour et à ses spécialités (champagne, caviar etc). La semaine suivante, pleine de promesses, commencera avec Jimmy's Hall. Je ne sais pas vous, mais moi les histoires de jeunes hommes courageux (et beaux) qui reviennent de loin pour changer le monde… j'adore ! Je me dis que tout n'est peut-être pas perdu en fin de compte malgré ce que les esprits chagrins veulent bien nous laisser entendre. Trêve d'emphase proustienne, et dansons gaîment ! D'autant qu'après nous allons faire connaissance de Lucy, une Scarlett Johansson au mieux de sa/ses formes au service de Luc Besson. Il va y avoir du spectacle, c'est moi qui vous le dit ! On se reposera un peu dimanche avec Le petit Nicolas à 16h. Ça fait du bien, de temps en temps de dépoussiérer ses supers-pouvoirs, vous ne trouvez pas ? Et une soirée sur le thème du Cinéma à l'Italienne pour cet avant-dernier dimanche du mois d'août. Je vous laisse deviner la teneur du repas. Pour les films, nous commencerons avec Palerme, de Emma Dante (si avec ça on n'a pas des Penne al Diavolo je rend mon tablier d'éditorialiste !) Une histoire assez tarabiscotée si j'ose dire, où on verra que pour faire simple on prend parfois des chemins compliqués. A vous de découvrir. En tout cas, ça fait réfléchir à l'attitude des femmes au volant, qui ne laisse rien à envier à celle des messieurs. On terminera cette magnifique soirée avec L'Intrepido. S'il y a un film à voir c'est bien celui-là (en plus de tous les autres). Ah ! ce que j'aurais aimé ça, être remplaçante. Au pied levé. Une femme qui accouche, hop, j'arrive, un astronaute qui prend le départ, j'y suis, un discours à la Maison Blanche, j'y vais… passionnant non ?
Allez, il est temps que j'aille remplacer Christina auprès de son mari, c'est assurément la plus belle aventure du monde !

Bon films
Christina


Edito - 14 juillet 2014

 

TOUS LES DIMANCHES DE L’ETE !

Pour rendre notre été encore plus brillant, le Royal propose tous les dimanches des soirées à thème, selon une formule qui honore tant nos pupilles cinéphiles que nos papilles gustatives: deux films, avec en guise d’entracte, un succulent repas!

Les festivités commencent le 20 juillet avec une soirée «cinéma belge» où nous pourrons découvrir deux films de haut vol, «Pas son genre» de Lucas Belvaux, et «Deux jours, une nuit» de Luc et Jean-Pierre Dardenne. Le 27 juillet, le spectateur est convié à explorer deux facettes très différentes du cinéma japonais, avec le dessin animé «Le Conte de La Princesse Kaguya» et le fascinant «Tokyo Family», remake réactualisé d’un chef-d’œuvre de l’histoire du cinéma nippon.

Enfin, le 3 août, la guerre des sexes est déclarée avec les projections antagonistes de «Fading Gigolo» et de «Sous les jupes des filles»… En ce qui concerne les menus, les maîtres-queues n’ont pas encore arrêté leur choix: sushis? Moules et frites? Tartes à la crème?

Un forfait pour la soirée (deux films et repas) est proposé au prix de 30.-. La réservation au repas est conseillée (mais pas obligatoire) au 079 797 26 15. L’ambiance, elle, est assurée !

Adeline Stern

 


Edito - 26 juin 2014

 

Comme un parfum d'été...

Si vous avez survécu au Mondial Suisse-Honduras (3-0), alors vous serez en forme pour voir Transcendance. Un monde en danger, d'épouvantables et terrifiantes catastrophes, beaucoup de gentils héros et encore plus de méchants, "écoute ton coeur" et "il faut qu'on parle", le tout avec de jolies bombes et de très courageux défenseurs de l'humanité. Youpee, plus ça change, plus c'est la même chose. Pour suivre, la femme du boulanger La ritournelle. Une comédie dramatique avec une jolie morale… bucolique. Vive le fromage d'alpage. La chambre bleue pour ceux qui n'ont pas oublié Georges Simenon, va nous replonger dans l'atmosphère de ses romans. Un homme, une femme et les circonstances de la vie, pas toujours faciles, ça sera l'occasion de faire travailler ce que nous avons entre les deux oreilles. Plus que jamais de quoi se remettre en question. Et pour vous, la vie, c'est un champ de mines ou le bonheur dans le pré ? Je me réjouis de la voir, cette fameuse Terre promise, dimanche à 11 heures (va encore falloir se lever !) mais comme je connais Monsieur Reusser, ça ne pourra être que réussi, et le brunch qui suivra aussi, soyez tous au rendez-vous ! Jeudi 3 juillet, du Patricia Highsmith pur et dur. Vous l'avez déjà vue en photo cette grande spécialiste des eaux troubles ? Elle est impressionnante ! Et les deux visages de Janvier est, sans contestation possible, issu de l'une de ses meilleures nouvelles. Et ce n'est pas la première fois que le thème est traité sauf erreur. Barbecue pour la fête nationale américaine (!) on ne se refait pas… sauf que là il s'agit d'une comédie bien française avec tous les ingrédients y compris la marinade ! Un vrai régal sans prise de tête. Ce qui ne nous enlèvera rien au plaisir d'apprendre, dès le lendemain comment font les vieux pour ne pas fêter leur anniversaire. Pourtant, du peu que j'en ai vu lors de ma dernière traversée de la Suède en 1983, il restait encore assez d'arbres pour qu'on puisse y clouer les plaques de tous les centenaires suédois encore vivants non ? Réponse, samedi et dimanche. Le 8 juillet, demi-finale du mondial. Marrant, c'était programmé, comme si on savait déjà que la Suisse allait gagner hier soir, cherchez l'erreur… On remet ça le mercredi 9, toujours sans pop corn, mais le lendemain c'est les Jersey Boys qui entrent en scène. Le petit dernier de Monsieur Eastwood avec Christopher Walken (j'aime beaucoup). Il y aura plein de bonne musique et encore plus de bons sentiments puisque c'est issu d' une histoire vraie (its alive !) Que des films chouettes ce week-end là entre deux matchs de foot (il faut bien compenser n'est-ce pas ?), je reviendrai donc samedi pour Duo d'escrocs dont la bande-annonce m'a bien plu. C'est vrai qu'avec ces deux-là, Emma Thomson et Pierce Brosnan (même avec sa petite brioche), on ne peut que partir gagnant. Du coup, je serai en pleine forme le lendemain pour la finale du Mondial, qui dit mieux ? Au fait, le Tour de France, ça commence quand ?

Bon films !
Christina


Edito - 4 juin 2014

 

 

Et si le soleil ne revenait pas ?

Ça vous rappelle de mauvais souvenirs n'est-ce pas ? Et pourtant, si notre cher Ramuz voyait la météo dont nous profitons actuellement, c'est pour le coup qu'il nous ferait une belle déprime. Donc, un seul remède, aller au cinéma ! Eh oui, au moins ainsi on verra le soleil sur l'écran… peut-être !

Où alors on verra des gens - X-Men : Days of future past - avec des "vrais" problèmes, si terribles, que tout à coup on sera très satisfaits de notre sort. Pour suivre, on se retrouvera Dans la cour avec Catherine Deneuve et surtout Gustave Kervern, un très très joli film (c'est mon point de vue et je le partage), une histoire qui donne envie de rester humain et d'aider les autres à le rester (de gré ou de force) et de profiter du brunch qui sera servi après la séance de dimanche (au soleil) dans la cour du cinéma. Le coup de coeur, ce mois, sera présenté la première fois dès le samedi 7 juin. Short Term 12, va certainement en passionner plus d'un(e). Surtout dans une ville comme Ste-Croix qui héberge tant d'instituteurs, de professeurs et plus si entente. Dimanche 8 juin sera définitivement chargé. Entre, Dans la cour le matin, puis Maléfique, à 15h et Je suis Femen à 18 h, il va y avoir de quoi en découdre un max. Je trouve que ça va être assez passionnant ce choc culturel entre l'histoire de la Belle au bois dormant et les Femen 2014 !

Peut-être qu'il vaudrait mieux, en définitive, aller voir Maléfique le dimanche, puis Short Term 12 et se garder pour Femen lundi de Pentecôte (quand l'esprit vient...) histoire de pouvoir poser toutes les questions que l'on voudra au réalisateur, accompagné d'une Femen si je ne me trompe, et de partager un verre amical en plus! Finalement c'est vrai ce qu'on raconte, je suis une organisatrice née ! Comme des noix sur un bâton je vous le fais… Un de mes opéras préférés, Mercredi 11, Nabucco (donosor). Extraordinaire Giuseppe Verdi ! cet opéra évoque l'épisode biblique de l'esclavage des juifs à Babylone, symbolisé par le chœur de la troisième partie, le Va, pensiero des hébreux auxquels s'identifiait la population milanaise alors sous occupation autrichienne. Très politique tout cela n'est-ce pas ? J'aimerais connaître l'opéra créé quand ils nous ont fauché l'Alsace et la Lorraine et pire encore, je me demande si en analysant les jeux vidéos qu'affectionnent tant nos chères têtes blondes et brunes d'aujourd'hui, on y trouverait aussi des discours politiques. Ou pas.

Vendredi 13 juin n'est pas que le jour anniversaire d'une personne qui nous est chère à tous… mais également la journée des réfugiés axée sur la Syrie. Vous serez certainement très nombreux, comme chaque année pour cette soirée qui vous sera présentée dès 18h. Un somptueux buffet sera offert à tous avant le film,  Syrien comme il se doit. Samedi et dimanche, nous pourrons tout à loisir savourer The Homesman (l'homme au foyer ?) avec l'admirable Tommy Lee Jones que j'ai beaucoup aimé… autrefois. C'est un film qui me fait penser, par la promesse de son atmosphère, à ce roman extraordinaire de Jim Fergus: Mille femmes blanches, vous vous souvenez ? A voir la bande annonce O Samba promet d'être plein de … rythme ! Voilà qui va nous changer de la morosité ambiante. C'est vraiment génial de voir cette affiche qui mentionne fièrement Sainte-Croix au milieu de Bern, Zürich, Bâle, Genève, Lausanne et Lugano. On a bien fait de devenir une ville finalement ! Et pour peu que la Suisse gagne contre l'Equateur ce dimanche 15 juin, Aie Aie Aie, ça va swinguer dans les chaumières !

Pour la dernière semaine de cette session bien fertile, nous commencerons mercredi avec Jiburo à la Lanterne Magique. Achetez des piles vous ne le regretterez pas ! Chic, on va revoir Monsieur Kidman, et en 3D en plus, dans Edge of Tomorrow (des lendemains pointus ?) Action jusqu'auboutiste, futur apoclyptique proche, et tout ça juste avant le Mondial Suisse-France, il fallait vraiment oser, comme ça, si on perd on l'aura double l'apocalypse. Aimez-vous les caramels mous ? Mais tout ira bien qui finira bien puisque nous aurons l'honneur de découvrir ce week-end là, le comiquement nommé: Les drôles de poissons-chats. Un très chouette feel-good movie qui nous verra entrer dans la période estivale avec joie et bonne humeur !

Bons films !
Christina


Edito - 13 mai 2014

 

 

Le pavé du mois…

Bonjour à tous vaillants lecteurs de ce 134ème édito ! Mon petit doigt m'a dit que ma prose ne faisait pas l'unanimité et qu'elle prenait un peu trop de place en première page. Je profite donc de mon droit à l'encre fraîche pour préciser quelques détails. D'abord pour confirmer ceci : que mes élucubrations se touvent en première ou en dernière page ne risque en aucun cas de m'empêcher de dormir. Ensuite, il faut que se sache le fait (à prononcer dix fois sans se tromper) que je ne suis pas Sociétaire à vie du Cinéma Royal et par conséquent totalement éjectable sans parachute doré. Puisque de toute façon il ne s'agit là que de bénévolat. Donc, si quelqu'un, un jour, souhaite s'amuser à ma place qu'il le dise haut et fort, sans fausse modestie, à notre épatante gérante, j'ai nommé Adeline. Aucun coeur ne sera brisé, aucun moyen de rétorsion mis en oeuvre, aucune guerre déclenchée, promis, juré !

Ceci étant posé, n'oubliez pas le rendez-vous de vos adorables têtes blondes zé brunes mercredi à la lanterne magique. Le géant de fer est un grand et beau film, avec de belles valeurs, à ne pas laisser passer. Pas plus que l'incontournable Lac des Cygnes, ( Лебединое озеро, pour Alexandra !) dont nous avons tous chanté de grands extraits sous la douche. Merci Piotr Ilitch de nous permettre de vérifier si nous étions dans le ton. Ça alors ! je viens juste de "ranger" pour toujours la housse de couette Spiderman achetée en décembre 20xx pour notre fils chéri et voilà que l'homme araignée revient en force sur tous les écrans, et en trois dés en plus. Il va falloir que je retourne vite fait à la déchetterie avant de me faire prendre dans la toile.

Vendredi et samedi, c'est les crocodiles qui nous ferons les yeux doux, pardon, jaunes. Nous avons tous lu le livre éponyme de Katherine Pancol bien sûr, je me réjouis de voir ce que Cécile Telerman en aura tiré. Dimanche, comme il va pleuvoir, nous allons passer une merveilleuse soirée cocooning au Royal avec, en première partie, la rediffusion de Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (la phrase culte de ma chère Maman chaque fois que je faisais une grosse bêtise), nous enchaînerons sur une soirée événenement Au fil des saisons, avec en vedette américaine le magnifique Alpsummer, reprise du film de Thomas Horat. Entre deux films nous sera proposé un menu thématique (je n'en dirai pas plus) par Charly Lanthier, et pour finir la soirée en beauté Terrain vague de Philippe Grand. J'ai entendu dire tellement de bien de ce documentaire que je suis un peu à court de mots… Il vous suffira d'ouvrir les yeux (de fermer la bouche) et de lâcher prise.

La semaine suivante commence (fort) avec Le promeneur d'oiseau. Ceux qui se souviennent de l'excellent Jiburo pourraient y trouver une certaine familiarité. A première vue, j'ai l'impression que c'est un conte qui va nous apporter beaucoup, l'air de ne pas y toucher…

Relâche exceptionnelle le vendredi 23 mai, mais on découvrira avec plaisir le dernier film de Xavier Dolan, Tom à la ferme le samedi 24. Le même soir on appréciera le documentaire de Christoph Shaub et Kamal Musale,  Millions can walk, ou comment une marche pacifique peut changer la face du monde…

Le dernier week-end de mai, nous apprendrons enfin toute la vérité sur la saga des Grimaldi au travers du documentaire d'Olivier Dahan Grace de Monaco. Une romance qui a commencé lors du Festival de Cannes en 1955 et qui sera sans doute plébiscitée au festival de Cannes 2014.

Le moins qu'on puisse dire c'est que Monsieur Lelouch sait s'entourer d'une distribution époustouflante dans ses films qui savent si bien raconter la vie toute simple. Ce talent ne lui fera, une fois plus, pas défaut pour son dernier long métrage (2h04 tout de même !) Salaud on t'aime. Ça me rappelle quelque chose, mais quoi ? Ah oui, "La pluie fait des claquettes" de l'irremplaçable Claude Nougardo (tiens, un autre Claude !). Samedi et dimanche, nous aurons droit au coup de coeur du mois Hunting Elephants. Une très spirituelle et très drôle farce douce amère qui, à mon avis, risque de finir bien pour une fois, mais chut...

Bien entendu, je ne saurais clore cet édito sans une pensée émue pour notre Royal Bricoleur, à qui je souhaite un bon et prompt rétablissement !

Bons films !

Christina


© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix