mercredi, 16 mai 2012 19:00

Edito - 16 mai 2012

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Télécharger le programme du 7 juin au 1er juillet 2012


Joli mois de mai

Il est évident que vous avez tous lu dans le journal de Ste Croix que les deux assemblées générales (Coopérative Mon Ciné et Les Amis du Royal) se sont fort bien déroulées. Nous avons appris avec satisfaction que notre très cher Cinéma allait désormais naviguer sur les flots bleus de la stabilité, sur la ligne noire tant appréciée de nos chers (!?) banquiers. Bravo à tous et à toutes qui ont oeuvré (d'arrache-pied) en ce sens! Je rappelle que les deux associations accueillent tous les nouveaux membres à bras ouverts, l'équipe est sympathique, l'ambiance est excellente... à bon entendeur !

Le programme de ces trois prochaines semaines nous promet son lot de jolies surprises. J'ai noté Margin Call pour commencer, un film qui se déroule sur 24 heures. De la naissance d'un soupçon à la totale prise de conscience de l'étendue du cataclysme. Margin call: l'instant crucial où il s'agit de garantir sa solvabilité... un suspense insoutenable !

Ceci n'est pas un film... est un film sur l'interdiction de filmer. Nous ne nous rendons pas toujours compte, nantis que nous sommes, dont les seuls obstacles à nos projets sont la plupart du temps principalement d'ordre financier, de la chance que nous avons de pouvoir réaliser la plupart de nos rêves cinématographiques... Jafar Panahi, réalisateur Iranien, a filmé le "rien" quotidien auxquels sont cantonnés les réalisateurs de son pays afin de dénoncer les menaces pesant sur la réalisation des films iraniens.

L'enfance volée... un film suisse traitant d'une certaine forme d'esclavagisme pas franchement jolie... Est-elle bien révolue ?

Blanche Neige, façon Bollywood, va nous faire un peu oublier les journées glaciales de ce début de mois. Attention, ne vous méprenez pas... Bollywood ne veut en aucun cas dire stupide! Saviez-vous que Tarsem Singh, le réalisateur, a imaginé certaines scènes de son film (en forêt) en s'inspirant des décors et de la direction artistique de "L'enfance d'Ivan" de notre bien-aimé Andreï Tarkovsi ?

Vente spéciale de mouchoirs en papiers à la Caisse (demandez à Sébastien!)...  Vous avez aimé Titanic en 2D ? Vous allez adorer la version 3D! Léonardo et Kate sur un bateau qui coule en trois dimensions... wouaweuh... je kiffe grave! Et malheureusement les Avengers ne sortent pas avant le 1er juin. Quel dommage, j'aurais bien aimé voir les super-héros de la Marvel sauver les pauvres passagers de Monsieur Cameron !

Le coup de coeur du Royal ce mois se prénomme Barbara! C'est une femme "magnifique" comme dirait un de mes amis... et... non, elle ne fait pas partie de l'équipe de "La clinique de la forêt noire" (quoique), même si elle est infirmière. Par contre, elle va vous en raconter de belles sur les heures sombres de la scission entre les deux Berlin. Le film a été tourné de manière chronologique, chose plutôt rare de nos jours paraît-il... Rester; partir ? That is the question. Et même si ce film se veut aussi un belle histoire d'amour, il n'empêche, il y a des époques où la vie est plus difficile qu'à d'autres...

Men in Black III marque le grand retour de Will Smith après 4 ans d'absence. Une absence qui n'était pas motivée par une baisse de succès, bien au contraire... Je me plais à rêver que ce grand acteur a eu envie de s'occuper un peu de sa vie privée et de ceux qu'il aime, c'est beau de ne pas toujours perdre sa vie à la gagner...

Et pour finir, Francis Ford Coppola nous revient avec Twixt. J'ai trouvé deux extraits d'interviews du "Maître" que j'ai eu envie de vous livrer... il valent, à mon sens, tous les commentaires:
«J’étais à Istanbul et, un soir avec des amis, j’ai bu beaucoup de raki. C’est assez traître et j’étais fin soûl. Je rentre à mon hôtel et je fais un rêve très étrange où je rencontre une jeune fille avec des dents proéminentes, puis je croise Edgar Allan Poe… L’ambiance est gothique, très romanesque, exactement comme dans le film. A cet instant du rêve, le muezzin a appelé à la prière du matin et je me suis réveillé. J’ai enregistré ce que je pouvais mais je ne pensais qu’à une chose : me rendormir pour connaître la fin du rêve, puis je me suis rendu compte que la fin de l’histoire, c’était moi.»
 
Les quelques lignes qui suivent (2ème extrait) ne sauraient mieux résumer ce que je me(nous?) souhaite pour mon(notre?) "dernier voyage" comme dirait l'ami Brel:
… "quand je regarde en arrière, je n’ai pas l’ombre d’un regret. Sur mon lit de mort, je ne ferai pas la liste de ce que je n’ai pas eu le cran de tenter. Au contraire, je ferai la liste de ce que j’ai accompli et elle est si longue que je ne m’apercevrai même pas que je suis mort.»

N'est-ce pas merveilleux ?
Bons films,
Christina

Lu 1065 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix