mercredi, 13 mars 2013 08:49

Edito - 13 mars 2013

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Des étoiles plein les yeux...

... à la simple vue de ce programme prometteur du mois de mars. Démarrage sur les chapeaux de roues avec Roméo et Juliette, un ballet magnifique dans le cadre d’opéra-passion. On enchaîne avec Blancanieves (Blanche-Neige) version 2013, une très jolie découverte. Pour ceux qui ont aimé « The artist », le parallèle est inévitable. Les deux films sont en noir et blanc et muet... mais la comparaison ne s’arrête pas là car la bande son originale des deux productions a été enregistrée en Belgique par le même orchestre ! C’est pas un scoop ça ? Le « vrai » week-end commencera avec Flight vendredi soir. L'histoire racontée se rapproche de celle du pilote d'avion canadien Robert Piche qui, en 2001, avait réussi l'exploit de poser son avion en difficulté et de sauver ainsi ses 300 passagers. Après qu’il ait été érigé en héros, un journaliste dévoila son passé oublié de criminel... ce qui le plongea dans l'envers du décor de la célébrité. Il y en aura pour tous les goûts dimanche (et ça tombe bien au vu de ce qui nous arrive dessus météorologiquement parlant !). Nous serons donc bien au chaud dès 15h30 pour savourer Hôtel Transylvanie. J’ai lu que Carlos Grangel, un des responsables de l'animation, a travaillé ses premières ébauches sur des boîtes de céréales ! Le fait que ce soit jetable et coloré l’a aidé à contourner le syndrome de la page blanche. Reste à savoir combien il en a mangé pour aller au bout du film et s’il a forcé ses enfants à les finir ! Pour enregistrer les voix, les acteurs étaient réunis tous ensemble, chose rare dans le processus de doublage des films d'animation où les voix sont en général enregistrées séparément: "On n’a pas si souvent que cela l’occasion de faire enregistrer les acteurs de doublage ensemble. C’était très intéressant de voir Adam Sandler s’appuyer sur le jeu de Kevin James, lui-même s’appuyant sur celui de David Spade. Ils ont créé ces personnages et leurs personnalités ensemble, et cela les a rendus encore plus drôles et émouvants". A ne surtout pas manquer, ce même dimanche à 17h30 Avanti en présence de Mme Emmanuelle Antille, sa réalisatrice. Le film sera suivi d’une discussion autour du thème de la maladie mentale, verre de l’amitié en main comme il se doit ! Semaine très fertile du 19 au 24 mars. Dès 13h30 mardi 19, Journée égalité EVAM. De la cuisine au parlement... est-ce que ça a un rapport avec la Cuisine du Parlement ? Venez nombreux il faut respecter les quotas ! Max et les maximonstres régaleront les enfants de la Lanterne Magique mercredi. A moins que ce ne soit le contraire... et le même soir l’Union Chorale nous chantera la Liberté. En terme mathématique, le ruban de Möbius représente la surface d’un cercle qui ne possède qu’une seule bande ; à l’inverse d’un ruban classique qui en possède deux... quelqu’un peut m’expliquer ? Je serai certainement plus concentrée sur Jean Dujardin que sur les maths pendant le film ! Je pense que le sujet développé dans Happiness Therapy me sera plus simple d’accès ! En attendant de me laisser charmer par le dernier film de ce week-end là, à savoir Syngué Sabour... Dans la mythologie perse, Syngué sabour est la pierre de patience, une pierre qu'on dit magique. On peut lui révéler ses malheurs, ses secrets, tout ce qu'on n'ose pas dire aux autres. La pierre absorbe ces secrets à la manière d'une éponge puis finit par exploser, libérant enfin la personne qui les lui a confiés. Ça me fait penser que j’ai deux ou trois gros cailloux par ici qui me seraient bien plus utiles sous forme de gravier. J’ai bien envie d’essayer. Le week-end de Pâques sera chargé lui aussi, et pas seulement pour notre foie ! Il commencera très fort, jeudi soir, avec le très attendu Hitchcock. Evidemment, en inconditionnelle d’Helen Mirren, je me suis intéressée à la femme du « génie »... Alma Reville, qui a rencontré Alfred Hitchcock en 1926, alors qu'elle était une jeune monteuse. Elle est restée mariée au célèbre cinéaste durant 54 ans et malgré son importance dans son travail, elle n'a jamais assisté au tournage d'un de ses films. Ça, pour moi, c’est le vrai Mystère ! J’en aurais été bien incapable... et toi Adeline ? On continue avec un film dont l’un des propos est d'illustrer la manière dont chaque décision ou événement à une époque donnée peut se répercuter et avoir une incidence, bonne ou mauvaise, sur la vie des autres, dans un espace-temps qui n'est pas le même. En l'occurrence, Cloud Atlas englobe six temporalités différentes, situées entre 1849 pour la plus ancienne époque et 2300 pour la plus éloignée dans le futur. La manière dont se présente le récit permet d'aborder toutes les grandes questions existentielles et de proposer une réflexion sur la nature et la condition humaine : le film traite aussi bien de l'amour, qui occupe une place très importante dans l'histoire, que de la mort, de la liberté des individus, du rachat des fautes. Voilà qui donne fichtrement envie de le voir ! Et notre coup de coeur : Au bout du conte, raconte lui, ce qui reste des contes de fées dans la tête des gens, malgré eux. Il semblerait qu’on ne puisse pas faire autrement que de croire en quelque chose. Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri ont voulu évoquer la nécessité ET l’absurdité de la croyance. « Et l’amour, au fond, c’est la crédulité la mieux partagée ; c’est le conte de fées que chacun ou presque peut vivre au quotidien », commente la réalisatrice Agnès Jaoui qui précise : « J’avais envie qu’il y ait plein de références aux contes, plus ou moins cachées, jusque dans la figuration, les enseignes des cafés, les noms des personnages. Il doit y en avoir plus d’une centaine ». On fait un concours à celui qui en trouvera le plus ?

Bons films !
Christina

Lu 916 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix