jeudi, 30 mai 2013 09:48

Edito - 30 mai 2013

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

 

Slow et pluvious...

Le temps idéal pour aller voir Fast & Furious 6. Nous allons donc de nouveau positiver avec un optimisme à toute épreuve et nous montrer très reconnaissants plutôt que frustrés et grincheux ! Après tout, nous n'habitons pas Moore, la tornade ne nous a pas touchés, et notre cinéma à nous, plus que jamais, tient debout n'est-ce pas ?  Alors, histoire de profiter à fond de notre passeport cinéma www.passeport-cinema.ch nous allons de nouveau squatter notre salle préférée et ceci dès demain jeudi ! Nous y découvrirons, dès 20h, The Grandmaster dont on dit que la fille est la seule à connaître la figure mortelle des 64 mains. Bienvenue au club des mères de famille ! On en reparlera, bien sûr, dès vendredi soir dans la Cage Dorée. Des mères de famille, pas de la figure mortelle !  Que voilà un bel exemple d'égoïsme pseudo-bourgeois-paternaliste tiens ! Pourvu que les protagonistes arrivent à vaincre leur peur de l'inconnu et à ne pas se laisser manipuler ! Quelle grande bouffée de nostalgie j'ai eue en visionnant le trailer du film de samedi soir :  La clé de la chambre à lessive que nous découvrirons en présence des réalisateurs. Je me revoyais, jeunette, partant faire ma lessive dans le lavomatic de la rue Mouffetard. Le dernier salon où l'on causait. Qu'il s'en sont échangés des soucis, des confidences; partagés des jardins secrets dans les odeurs de total-lave-plus-blanc, la chaleur des sécheuses et le floc-floc-floc hypnotiseur des tambours-batteurs. Ça a toujours été inducteur et magique pour moi, une chambre à lessive, depuis ce temps-là. Sinon, il vous reste une semaine pour lire la nouvelle de Buzzati (Douce nuit - 1966) que vous pouvez sûrement commander  à la librairie Clin d'Oeil, histoire de savoir de quoi parle Epic: la bataille du royaume secret. A première vue j'aurais parié pour un trip manichéen plein de clins d'zyeux humoristiques, mais je suis sûre que c'est plus que ça puisque Vincent nous dit que c'est très intelligent ! On peut lui faire confiance n'est-ce pas ?

La fleur de l'âge, ça fait vingt ans que j'y suis, alors vous pensez si je suis intéressée ! Il paraît que le film parle de réconciliation mais aussi des disparités père-fils, et comme l'explique Pierre Arditi : "... dans la vie les choses peuvent violemment changer et il peut arriver que, du jour au lendemain, l'on se retrouve orphelin d'acquis que l'on pensait naïvement posséder pour toujours".

Par curiosité, je suis allée voir s'il existait un extrait de Botiza, qui nous sera présenté dimanche en présence des réalisateurs. J'en ai trouvé un, l'ai savouré et me suis retrouvée immédiatement plongée dans un merveilleux état de bien-être et de sécurité. Il m'a fait penser à cette partie, trop courte, de ma vie, où nous cultivions nos légumes, faisions notre fromage, nos saucisses, et vivions en quasi autarcie. Ne jamais risquer d'avoir faim, ou froid parce qu'on sait comment s'y prendre. On a beau dire, ce n'est pas le genre de sentiment qu'on peut éprouver dans l'anonymat d'une grande ville.

La semaine du 12 au 16 juin nous réserve aussi des événements d'importance. La lanterne magique le mercredi et sans doute la dernière séance de l'année, si ma mémoire est bonne. Profitez-en bien et pensez à agender vos inscription pour l'an prochain, c'est à dire septembre ! Sous surveillance, jeudi soir m'a tout l'air d'être un fameux thriller politique dans la bonne lignée des Trois jours du Condor que j'avais tellement aimé à l'époque. Et enfin, la Journée mondiale des réfugiés, le vendredi 14, avec une superbe soirée de partage, visuelle et substantielle, en compagnie de nos amis de l'EVAM. Venez nombreux ! Le film qui sera présenté : La Pirogue, traite de l'immigration africaine, et plus particulièrement de ces voyages meurtriers qui poussent les Africains à traverser l'océan sur des pirogues au péril de leur vie dans l'espoir de rejoindre l'Europe. La plupart du temps, seuls les hommes entreprennent de se lancer dans une telle aventure, mais dans le film, on découvre qu'une femme s'est glissée parmi les clandestins. Moussa Toure tenait ainsi à montrer que la femme africaine est aussi forte que l'homme et peut faire autre chose que de "piler le mil."

Le programme de ces trois semaines se terminera en apothéose avec le film Le Passé. Ce passé qu'on cherche à oublier même si ce n'est pas toujours évident. Dans le film, le scénario balance entre la loyauté envers le passé et le besoin de se tourner vers l'avenir. "Aujourd’hui, nous gardons des traces de notre propre passé, il devrait donc être plus proche qu’il ne l’était autrefois. Or, malgré les images, malgré les écrits, notre passé est devenu encore plus obscur. La vie d’aujourd’hui tend peut-être à vouloir aller de l’avant en ignorant le passé. Or son ombre continue de nous ramener en arrière. Il me semble que c’est vrai en Europe comme dans le reste du monde, on a beau essayer de se propulser vers l’avant, le poids des événements passés continue de peser sur nous", nous raconte Asghar Farhadi.

Je crois qu'il n'y a rien à ajouter à cela, alors :

Bons Films !
Christina

Lu 1049 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix