jeudi, 22 août 2013 23:29

Edito - 22 août 2013

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Souriez, vous êtes filmés !

J'aime beaucoup, beaucoup, Mads Mikkelsen, je le confesse, son air mystérieux m'impressionne et finalement c'est vrai que parfois - tant que certain(e)s ne parlent pas - on peut leur accorder tout le crédit qu'on veut… seulement je ne vois toujours qu'une seule facette d'icelui: la plus sérieuse. Et j'ai bien peur que dans son nouveau film, je n'en voie pas beaucoup plus. Il a de très beaux yeux, écartés juste ce qu'il faut, un nez droit, aquilin dit-on, et une belle frange qui lui balaie un front moins bas (plus le front est haut plus il y a de la place pour les neurones) que celui de la plupart des américains (et pour cause, il vient du Nord!). Or moi, j'aimerais bien avoir une chance de le voir - au moins une fois - sourire sinon rire. Je suis sûre qu'il a un très beau rire ! Y a-t-il encore quelque part un réalisateur qui pourrait lui proposer un rôle un peu moins sérieux que celui de Michael Kohlhaas, que je lui voie les dents et pas juste celles de ses chevaux, qu'il ne m'a pas donnés d'ailleurs ?

Pour son film, sérieux aussi, Diaz - Un crime d'Etat, Daniele Vicari s'est positionné en tant que citoyen pour raconter l'histoire des violences de l'école de la Diaz, qu'il juge être le point de départ de la crise que connaît aujourd'hui l'Italie : "Cela remet aussi en question ce vieux cliché selon lequel certains faits ne peuvent se produire que sous un régime autoritaire", déclare le réalisateur, soucieux de faire réagir l'opinion : "C’est pour ces raisons que j’ai tout de suite eu envie de regarder ces événements en face, sans détour, et de tenter d’en comprendre les fondements car ils me concernent, et qu’ils font partie de ma vie", termine-t-il. C'est bien, très bien, de se souvenir, et pourtant, après l'Algérie (1961) Tien-An-Men (1989) et Tahrir (2013) pour ne parler que de certaines, combien d'autres tragédies, combien d'autres films encore pour que ça change ?

Incarné à l'écran par Johnny Depp, le guerrier indien de Lone Ranger se fait appeler "Tonto" ; un mot qui en espagnol signifie "stupide, bête, idiot" et qui a donc posé quelques problèmes pour la future exploitation du film dans les pays hispanophones. Ainsi, le nom est devenu "Toro", taureau en espagnol, on l'aura compris. En réalité, le nom de Tonto viendrait à l'origine de l'ojibwé, une langue amérindienne, voulant dire "celui qui est sauvage". On a encore appris quelque chose woué… et notre Toto à nous, il est comment ?

Le producteur Stuart Forrest raconte que l'idée de départ de son film consistait à imaginer ce qui se passerait si tous les oiseaux peuplant la vallée du fleuve Zambèze décidaient de construire une ville africaine : "Tout ce que nous avons utilisé pour créer l’univers animé de Drôles D’oiseaux trouve sa source dans le monde naturel de la vallée du fleuve Zambèze. Les faucons pèlerins sont les créatures les plus rapides de la planète (...). Les engoulevents ont réellement une extraordinaire capacité de vision dans l’obscurité. Et les tisserins construisent des nids incroyables, uniquement avec leurs becs et leurs griffes..."

Les thèmes abordés dans Elysium font écho au monde actuel. Le film de Neill Blomkamp a un sous-texte politique, puisqu'il traite des disparités qui existent entre ceux qui ont tout et ceux qui n'ont rien. Elysium est également "un film sur l'environnement et la façon dont nous traitons notre planète." Encore un soir où nous ne nous coucherons pas idiots, qui dit mieux ?

Être un enfant de criminel de guerre, que dis-je, de héros national... Suivant de quel côté on se place par rapport à l'idée qu'on s'en fait. Je me suis toujours demandé ce qu'on pouvait ressentir de l'intérieur et s'il était supportable ce poids de la culpabilité, plus que celui de l'incommensurable sentiment d'injustice que l'on doit forcément éprouver face au simple fait d'être né de l'autre côté. Si tu gagnes tu es un héros. Si tu perds tu es un criminel et les mêmes actes, les mêmes pensées seront jugées noires ou blanches selon le camp dans lequel on se trouve. L'enfant, lui, n'a rien demandé, n'est même pas conscient des enjeux et passera sa vie à payer le "fruit" de son éducation. Vous avez dit bizarre ? Allez voir Lore, samedi 31 août ou dimanche 1er septembre.

Dans Kick Ass 2, il est question - entre autre - de Justice Forever, un organisme chargé de motiver les super-héros. C'est marrant, ça me donne envie de créer plein d'organismes du genre. Celui pour motiver les super-parents, celui pour motiver les super-ménagères de plus de cinquante ans etc. etc. Ecrivez-moi j'attends vos propositions !

Et puis et puis, pour faire court… l'éditorialiste est paresseuse en ce mois d'août trop beau pour rester devant son écran :

Jobs. Il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre. Va falloir aller voir ce film pour se déterminer. I couln't possibly comment.

Grand Central. Il surveille les radiations… elle irradie sa surveillance, ils sont tous les deux radieux.

Les journées du patrimoine. Portes ouvertes et présentations des tous premiers films cinématographiques. Tout tout tout, vous saurez tout sur le ROYAL ! Une journée qui s'annonce grandiose ! Alors à tout bientôt et en attendant,

Bon films !
Christina

Lu 969 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix