mercredi, 26 novembre 2014 15:03

Edito - 27 novembre 2014

Évaluer cet élément
(0 Votes)

 

Vertiges…

Pendant mon insomnie de 4h30 à 6h ce matin, j’ai regardé le prochain programme du Royal et j’ai été prise de vertige. Bon, je ne vais pas vous refaire les synopsis, excellemment pondus par (ordre alphabétique) Adeline Stern et Vincent Adatte, et que vous retrouvez régulièrement dans tous les commerces environnants, ainsi que sur le site internet www.cinemaroyal.ch (oui, celui-là même que vous regardez en ce moment, si vous n’êtes pas sur notre page Facebook). Je ne vous referai pas les synopsis donc, parce qu’en les lisant justement, j’ai reçu, plein cœur, des flots d’émotions diverses. Qui n’ont rien à voir avec les films parfois, mais qui sont des questions générales. Je zappe la Lanterne magique de cet après-midi (mais Vous n’avez pas intérêt !) parce que je n’aurai pas fini cet édito d’une part, et parce que je n’ai pas le titre du film d’autre part. Elle est donc hors-jeu pour le moment, sauf, si je peux me permettre, le fait que nous avons eu une assemblée tout dernièrement (pendant laquelle nous avons super bien mangé !), et que si nous étions plus de membres, mamans de secours, etc. ça serait vraiment précieux ! À bon entendeur(se)…

Mais pour en revenir à ma petite histoire, par exemple, demain soir jeudi 27 novembre 2014, nous verrons Labyrinthe. Eh bien, la première chose que je lis c’est : Thomas est un adolescent… etc. Et la photo (mauvaise mais heureusement) me montre un adolescent qui ressemble (de loin et dans le brouillard) étrangement à mon fils Thomas à moi. Je me pose la question (comme souvent déjà), est-ce que les gens qui portent les mêmes prénoms se ressemblent ? Moi je trouve qu’il y a toujours, ou presque toujours, des similitudes, qu’elles soient physiques ou comportementales. Et vous ? Continuons dans les questions… Rien à dire pour le film de François Ozon, Une nouvelle amie. Je suis une inconditionnelle, et en plus j’apprécie beaucoup le travail de Mademoiselle (ou Madame ?) Demoustiers. Soirée culture samedi soir en compagnie du cinéaste Christoph Kuhn, avec comme de coutume un bon repas entre deux films documentaires. Glauser, pour commencer, là, je me dis que si on internait (aujourd’hui) toutes les personnes qui nous paraissent hors norme, nous ne serions plus beaucoup à venir au cinéma ! Après le repas nous verrons Alfonsina, et je me réjouis d’en apprendre un peu plus sur cette personne que je ne connais pas du tout. Et puis, pour nous reposer un peu les méninges (quoique) dimanche à 15h une jolie récréation, Bande de canailles, fable intergénérationnelle qui promet.

On repart jeudi, vendredi, samedi de la semaine suivante avec Interstellar, et une planète terre maltraitée qui se meurt (on va finir par le savoir !). Ce qui me choque le plus là-dedans, c’est qu’à ce point de son évolution le dernier moyen de subsistance pour l’humanité, c’est le maïs. Je ne sais pas vous, mais moi, une fois passés les pop corn, la polenta sous toutes ses formes, le mais doux au beurre et au sel… je suis un peu à court d’idées. Donc, dans l’attente de cette nouvelle apocalypse, je crois que je vais sérieusement cogiter sur l’élaboration d’un livre de recettes consacré uniquement au maïs, judicieux non ? Notre coup de cœur pour suivre, samedi et dimanche, Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris, je me réjouis de voir comment il aura magnifié l’histoire de cette petite Helen Keller moderne. Dimanche, nous le passerons Au bord du Léman, en compagnie de Roni Can Vesar. Un film biographique qui, je le parie, va nous faire sentir très très heureux de n’avoir pas à traverser certaines épreuves…

Histoire d’une femme qui aurait pu être libre avec Serena le week-end suivant… N’ayant (presque) jamais eu à souffrir de machisme ambiant au cours de ma presque déjà longue existence (ce qui prouve qu’il y a beaucoup d’hommes très biens sur cette terre malgré tout), je ne me sens pas vraiment concernée par cette vision de l’histoire. Par contre, voir et revoir toutes mes consœurs dans leurs plus belles qualités de courage, d’opiniâtreté, d’endurance, j’en passe et des meilleures, ça, je ne m’en lasse jamais ! Chic ! Astérix et le domaine des Dieux est sorti en 3D. Plus besoin de se poser de questions sur ce que nous allons faire des chérubins (petits et grands) après le marché de Noël à la salle communale samedi après-midi. Avec Cédric Kahn et Vie sauvage, c’est du lourd et du puissant qui nous attend, nous les adultes, les vrais, samedi soir. Ça me rappelle deux films pas si récents que ça Mosquito Coast, et, dans un registre cousin, Take shelter. Il n’y aurait pas un tout petit peu des problèmes d’orgueil dans tout ça ? Bouboule, premier long-métrage de Bruno Deville, va aussi nous donner à réfléchir. Quel rôle joue l’alimentation dans ma vie ? On n’a pas fini d’en parler tiens… mais en attendant, à table !

Bons Films,
Christina

Lu 1314 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix