dimanche, 03 août 2014 23:06

Edito - 3 août 2014

 

Eté pluvieux, été heureux… pour le cinéma !

Sous le soleil de Marseille, il y a des gens seuls, des gens qui attendent et des gens qui n'en peuvent plus d'attendre et qui s'en vont (sous la pluie de Ste-Croix aussi). Pour savoir dans quel ordre tout cela se passe, il suffit de... tirer sur le fil d'Ariane. Cette semaine-là il y aura de la fièvre le vendredi et le samedi soir avec Sexy Dance 5 et en 3D s'il vous plaît. Pour ce nouvel opus, l'accent sera mis sur la passion et les sacrifices inhérents à celle-ci, rien que du sérieux donc, on se demande : pourquoi Sexy ? Surtout gardez vos lunettes pour Planes 2 en 3D dimanche, vos chérubins en auront bien besoin. Et puis, une fois ceux-ci couchés, vous aurez le champ libre pour une soirée qui promet d'être "chaude". Comme tous les dimanches de cet été, un repas vous sera proposé entre deux films. Je ne sais pas trop ce que je vous ferais déguster si j'étais à la place du cuistot du jour. Only lovers left alive ? Dallas Buyers Club ? Jus de tomates et M&M's ? Oui, ça va le faire ! The way he looks, en première suisse ? Encore une belle histoire d'amour. Quant on dit que l'amour est aveugle, ce n'est pas toujours faux. Quoique. Zero Theorem, une véritable mine d'or. Toutes les réponses sur le sens de la vie, et le tout orchestré par l'inimitable Terry Gilliam. Pas une minute à jeter ! Nos jeunes (et moins jeunes) seront ravis d'avoir la possibilité de voir et/ou revoir) Transformers 4 deux soirs de suite. Mais aussi Dragon 2 en 3D dimanche à 16h (s'il pleut c'est chouette!) et ce week-end là sera, une fois de plus, avec The way he looks et Freier Fall, dédié à l'amour et à ses spécialités (champagne, caviar etc). La semaine suivante, pleine de promesses, commencera avec Jimmy's Hall. Je ne sais pas vous, mais moi les histoires de jeunes hommes courageux (et beaux) qui reviennent de loin pour changer le monde… j'adore ! Je me dis que tout n'est peut-être pas perdu en fin de compte malgré ce que les esprits chagrins veulent bien nous laisser entendre. Trêve d'emphase proustienne, et dansons gaîment ! D'autant qu'après nous allons faire connaissance de Lucy, une Scarlett Johansson au mieux de sa/ses formes au service de Luc Besson. Il va y avoir du spectacle, c'est moi qui vous le dit ! On se reposera un peu dimanche avec Le petit Nicolas à 16h. Ça fait du bien, de temps en temps de dépoussiérer ses supers-pouvoirs, vous ne trouvez pas ? Et une soirée sur le thème du Cinéma à l'Italienne pour cet avant-dernier dimanche du mois d'août. Je vous laisse deviner la teneur du repas. Pour les films, nous commencerons avec Palerme, de Emma Dante (si avec ça on n'a pas des Penne al Diavolo je rend mon tablier d'éditorialiste !) Une histoire assez tarabiscotée si j'ose dire, où on verra que pour faire simple on prend parfois des chemins compliqués. A vous de découvrir. En tout cas, ça fait réfléchir à l'attitude des femmes au volant, qui ne laisse rien à envier à celle des messieurs. On terminera cette magnifique soirée avec L'Intrepido. S'il y a un film à voir c'est bien celui-là (en plus de tous les autres). Ah ! ce que j'aurais aimé ça, être remplaçante. Au pied levé. Une femme qui accouche, hop, j'arrive, un astronaute qui prend le départ, j'y suis, un discours à la Maison Blanche, j'y vais… passionnant non ?
Allez, il est temps que j'aille remplacer Christina auprès de son mari, c'est assurément la plus belle aventure du monde !

Bon films
Christina

jeudi, 26 juin 2014 15:52

Edito - 26 juin 2014

 

Comme un parfum d'été...

Si vous avez survécu au Mondial Suisse-Honduras (3-0), alors vous serez en forme pour voir Transcendance. Un monde en danger, d'épouvantables et terrifiantes catastrophes, beaucoup de gentils héros et encore plus de méchants, "écoute ton coeur" et "il faut qu'on parle", le tout avec de jolies bombes et de très courageux défenseurs de l'humanité. Youpee, plus ça change, plus c'est la même chose. Pour suivre, la femme du boulanger La ritournelle. Une comédie dramatique avec une jolie morale… bucolique. Vive le fromage d'alpage. La chambre bleue pour ceux qui n'ont pas oublié Georges Simenon, va nous replonger dans l'atmosphère de ses romans. Un homme, une femme et les circonstances de la vie, pas toujours faciles, ça sera l'occasion de faire travailler ce que nous avons entre les deux oreilles. Plus que jamais de quoi se remettre en question. Et pour vous, la vie, c'est un champ de mines ou le bonheur dans le pré ? Je me réjouis de la voir, cette fameuse Terre promise, dimanche à 11 heures (va encore falloir se lever !) mais comme je connais Monsieur Reusser, ça ne pourra être que réussi, et le brunch qui suivra aussi, soyez tous au rendez-vous ! Jeudi 3 juillet, du Patricia Highsmith pur et dur. Vous l'avez déjà vue en photo cette grande spécialiste des eaux troubles ? Elle est impressionnante ! Et les deux visages de Janvier est, sans contestation possible, issu de l'une de ses meilleures nouvelles. Et ce n'est pas la première fois que le thème est traité sauf erreur. Barbecue pour la fête nationale américaine (!) on ne se refait pas… sauf que là il s'agit d'une comédie bien française avec tous les ingrédients y compris la marinade ! Un vrai régal sans prise de tête. Ce qui ne nous enlèvera rien au plaisir d'apprendre, dès le lendemain comment font les vieux pour ne pas fêter leur anniversaire. Pourtant, du peu que j'en ai vu lors de ma dernière traversée de la Suède en 1983, il restait encore assez d'arbres pour qu'on puisse y clouer les plaques de tous les centenaires suédois encore vivants non ? Réponse, samedi et dimanche. Le 8 juillet, demi-finale du mondial. Marrant, c'était programmé, comme si on savait déjà que la Suisse allait gagner hier soir, cherchez l'erreur… On remet ça le mercredi 9, toujours sans pop corn, mais le lendemain c'est les Jersey Boys qui entrent en scène. Le petit dernier de Monsieur Eastwood avec Christopher Walken (j'aime beaucoup). Il y aura plein de bonne musique et encore plus de bons sentiments puisque c'est issu d' une histoire vraie (its alive !) Que des films chouettes ce week-end là entre deux matchs de foot (il faut bien compenser n'est-ce pas ?), je reviendrai donc samedi pour Duo d'escrocs dont la bande-annonce m'a bien plu. C'est vrai qu'avec ces deux-là, Emma Thomson et Pierce Brosnan (même avec sa petite brioche), on ne peut que partir gagnant. Du coup, je serai en pleine forme le lendemain pour la finale du Mondial, qui dit mieux ? Au fait, le Tour de France, ça commence quand ?

Bon films !
Christina

mercredi, 04 juin 2014 08:18

Edito - 4 juin 2014

 

 

Et si le soleil ne revenait pas ?

Ça vous rappelle de mauvais souvenirs n'est-ce pas ? Et pourtant, si notre cher Ramuz voyait la météo dont nous profitons actuellement, c'est pour le coup qu'il nous ferait une belle déprime. Donc, un seul remède, aller au cinéma ! Eh oui, au moins ainsi on verra le soleil sur l'écran… peut-être !

Où alors on verra des gens - X-Men : Days of future past - avec des "vrais" problèmes, si terribles, que tout à coup on sera très satisfaits de notre sort. Pour suivre, on se retrouvera Dans la cour avec Catherine Deneuve et surtout Gustave Kervern, un très très joli film (c'est mon point de vue et je le partage), une histoire qui donne envie de rester humain et d'aider les autres à le rester (de gré ou de force) et de profiter du brunch qui sera servi après la séance de dimanche (au soleil) dans la cour du cinéma. Le coup de coeur, ce mois, sera présenté la première fois dès le samedi 7 juin. Short Term 12, va certainement en passionner plus d'un(e). Surtout dans une ville comme Ste-Croix qui héberge tant d'instituteurs, de professeurs et plus si entente. Dimanche 8 juin sera définitivement chargé. Entre, Dans la cour le matin, puis Maléfique, à 15h et Je suis Femen à 18 h, il va y avoir de quoi en découdre un max. Je trouve que ça va être assez passionnant ce choc culturel entre l'histoire de la Belle au bois dormant et les Femen 2014 !

Peut-être qu'il vaudrait mieux, en définitive, aller voir Maléfique le dimanche, puis Short Term 12 et se garder pour Femen lundi de Pentecôte (quand l'esprit vient...) histoire de pouvoir poser toutes les questions que l'on voudra au réalisateur, accompagné d'une Femen si je ne me trompe, et de partager un verre amical en plus! Finalement c'est vrai ce qu'on raconte, je suis une organisatrice née ! Comme des noix sur un bâton je vous le fais… Un de mes opéras préférés, Mercredi 11, Nabucco (donosor). Extraordinaire Giuseppe Verdi ! cet opéra évoque l'épisode biblique de l'esclavage des juifs à Babylone, symbolisé par le chœur de la troisième partie, le Va, pensiero des hébreux auxquels s'identifiait la population milanaise alors sous occupation autrichienne. Très politique tout cela n'est-ce pas ? J'aimerais connaître l'opéra créé quand ils nous ont fauché l'Alsace et la Lorraine et pire encore, je me demande si en analysant les jeux vidéos qu'affectionnent tant nos chères têtes blondes et brunes d'aujourd'hui, on y trouverait aussi des discours politiques. Ou pas.

Vendredi 13 juin n'est pas que le jour anniversaire d'une personne qui nous est chère à tous… mais également la journée des réfugiés axée sur la Syrie. Vous serez certainement très nombreux, comme chaque année pour cette soirée qui vous sera présentée dès 18h. Un somptueux buffet sera offert à tous avant le film,  Syrien comme il se doit. Samedi et dimanche, nous pourrons tout à loisir savourer The Homesman (l'homme au foyer ?) avec l'admirable Tommy Lee Jones que j'ai beaucoup aimé… autrefois. C'est un film qui me fait penser, par la promesse de son atmosphère, à ce roman extraordinaire de Jim Fergus: Mille femmes blanches, vous vous souvenez ? A voir la bande annonce O Samba promet d'être plein de … rythme ! Voilà qui va nous changer de la morosité ambiante. C'est vraiment génial de voir cette affiche qui mentionne fièrement Sainte-Croix au milieu de Bern, Zürich, Bâle, Genève, Lausanne et Lugano. On a bien fait de devenir une ville finalement ! Et pour peu que la Suisse gagne contre l'Equateur ce dimanche 15 juin, Aie Aie Aie, ça va swinguer dans les chaumières !

Pour la dernière semaine de cette session bien fertile, nous commencerons mercredi avec Jiburo à la Lanterne Magique. Achetez des piles vous ne le regretterez pas ! Chic, on va revoir Monsieur Kidman, et en 3D en plus, dans Edge of Tomorrow (des lendemains pointus ?) Action jusqu'auboutiste, futur apoclyptique proche, et tout ça juste avant le Mondial Suisse-France, il fallait vraiment oser, comme ça, si on perd on l'aura double l'apocalypse. Aimez-vous les caramels mous ? Mais tout ira bien qui finira bien puisque nous aurons l'honneur de découvrir ce week-end là, le comiquement nommé: Les drôles de poissons-chats. Un très chouette feel-good movie qui nous verra entrer dans la période estivale avec joie et bonne humeur !

Bons films !
Christina

mardi, 13 mai 2014 09:05

Edito - 13 mai 2014

 

 

Le pavé du mois…

Bonjour à tous vaillants lecteurs de ce 134ème édito ! Mon petit doigt m'a dit que ma prose ne faisait pas l'unanimité et qu'elle prenait un peu trop de place en première page. Je profite donc de mon droit à l'encre fraîche pour préciser quelques détails. D'abord pour confirmer ceci : que mes élucubrations se touvent en première ou en dernière page ne risque en aucun cas de m'empêcher de dormir. Ensuite, il faut que se sache le fait (à prononcer dix fois sans se tromper) que je ne suis pas Sociétaire à vie du Cinéma Royal et par conséquent totalement éjectable sans parachute doré. Puisque de toute façon il ne s'agit là que de bénévolat. Donc, si quelqu'un, un jour, souhaite s'amuser à ma place qu'il le dise haut et fort, sans fausse modestie, à notre épatante gérante, j'ai nommé Adeline. Aucun coeur ne sera brisé, aucun moyen de rétorsion mis en oeuvre, aucune guerre déclenchée, promis, juré !

Ceci étant posé, n'oubliez pas le rendez-vous de vos adorables têtes blondes zé brunes mercredi à la lanterne magique. Le géant de fer est un grand et beau film, avec de belles valeurs, à ne pas laisser passer. Pas plus que l'incontournable Lac des Cygnes, ( Лебединое озеро, pour Alexandra !) dont nous avons tous chanté de grands extraits sous la douche. Merci Piotr Ilitch de nous permettre de vérifier si nous étions dans le ton. Ça alors ! je viens juste de "ranger" pour toujours la housse de couette Spiderman achetée en décembre 20xx pour notre fils chéri et voilà que l'homme araignée revient en force sur tous les écrans, et en trois dés en plus. Il va falloir que je retourne vite fait à la déchetterie avant de me faire prendre dans la toile.

Vendredi et samedi, c'est les crocodiles qui nous ferons les yeux doux, pardon, jaunes. Nous avons tous lu le livre éponyme de Katherine Pancol bien sûr, je me réjouis de voir ce que Cécile Telerman en aura tiré. Dimanche, comme il va pleuvoir, nous allons passer une merveilleuse soirée cocooning au Royal avec, en première partie, la rediffusion de Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? (la phrase culte de ma chère Maman chaque fois que je faisais une grosse bêtise), nous enchaînerons sur une soirée événenement Au fil des saisons, avec en vedette américaine le magnifique Alpsummer, reprise du film de Thomas Horat. Entre deux films nous sera proposé un menu thématique (je n'en dirai pas plus) par Charly Lanthier, et pour finir la soirée en beauté Terrain vague de Philippe Grand. J'ai entendu dire tellement de bien de ce documentaire que je suis un peu à court de mots… Il vous suffira d'ouvrir les yeux (de fermer la bouche) et de lâcher prise.

La semaine suivante commence (fort) avec Le promeneur d'oiseau. Ceux qui se souviennent de l'excellent Jiburo pourraient y trouver une certaine familiarité. A première vue, j'ai l'impression que c'est un conte qui va nous apporter beaucoup, l'air de ne pas y toucher…

Relâche exceptionnelle le vendredi 23 mai, mais on découvrira avec plaisir le dernier film de Xavier Dolan, Tom à la ferme le samedi 24. Le même soir on appréciera le documentaire de Christoph Shaub et Kamal Musale,  Millions can walk, ou comment une marche pacifique peut changer la face du monde…

Le dernier week-end de mai, nous apprendrons enfin toute la vérité sur la saga des Grimaldi au travers du documentaire d'Olivier Dahan Grace de Monaco. Une romance qui a commencé lors du Festival de Cannes en 1955 et qui sera sans doute plébiscitée au festival de Cannes 2014.

Le moins qu'on puisse dire c'est que Monsieur Lelouch sait s'entourer d'une distribution époustouflante dans ses films qui savent si bien raconter la vie toute simple. Ce talent ne lui fera, une fois plus, pas défaut pour son dernier long métrage (2h04 tout de même !) Salaud on t'aime. Ça me rappelle quelque chose, mais quoi ? Ah oui, "La pluie fait des claquettes" de l'irremplaçable Claude Nougardo (tiens, un autre Claude !). Samedi et dimanche, nous aurons droit au coup de coeur du mois Hunting Elephants. Une très spirituelle et très drôle farce douce amère qui, à mon avis, risque de finir bien pour une fois, mais chut...

Bien entendu, je ne saurais clore cet édito sans une pensée émue pour notre Royal Bricoleur, à qui je souhaite un bon et prompt rétablissement !

Bons films !

Christina

mercredi, 23 avril 2014 07:57

Edito - 23 avril 2014

 

 

Un printemps froid mais sec...

Autrefois, pour être une super-woman, il fallait cumuler mari, enfants et carrière… Aujourd'hui, c'est autrement plus facile, il suffit de devenir une Divergente. A voir tout ce que les jeunes femmes de cette génération sont capable de faire, je suis verte de jalousie. Et en plus, c'est une femme (de ma génération je suppose) qui a écrit le best seller dont est tiré ce film. Et on se plaint du manque de parité ? Je pense que vous aurez beaucoup de plaisir à voir ce film jeudi, et pas trop du restant de vos jours pour vous préparer au monde qui nous attend ! Tout le reste du week-end sera haut en couleurs entre Rio 2 en 3D, qui vous emmènera au Carnaval de Rio et en Amazonie, et le dernier film politico-italien Viva la Libertà ! Voilà qui nous donnera du coeur au ventre avant de reprendre le collier lundi.

Mardi 29 avril, le spectacle Ny Ako réjouiera nos oreilles avec des musiques en direct de Magascar. Jeudi 1er mai et vendredi 2 mai, c'est Noé (en 3D) qui viendra poser son arche à Ste Croix. J'ai trouvé intéressant ce que dit son réalisateur par rapport au lieu de tournage qu'il a choisi : "Il y a là-bas (en Islande) quelque chose de primitif parce que c'est un pays neuf. La terre semble se soulever. Le pays est situé sur une plaque tectonique qui scinde l'Atlantique en deux. (...) Et comme c'est un pays neuf, on y éprouve un sentiment d'éternité. Je me suis alors dit que ce serait une formidable idée de tourner cette histoire ancestrale dans l'un des pays les plus neufs du monde". La Cour de Babel est le premier documentaire de Julie Bertuccelli à sortir au cinéma plutôt qu'à la télévision. Bien sûr vous avez lu le synopsis d'Adeline, je me permettrai donc juste de rajouter ces quelques mots de la réalisatrice : "Je voulais filmer une classe, comme un microcosme, et découvrir comment ces adolescents vivaient, parlaient, grandissaient ensemble. Ce qui se passe dans le cocon de cette petite communauté me semblait un révélateur suffisant de leurs personnalités et de leurs parcours." Dans une bourgade comme Ste Croix où les enseignants sont pléthore et engagés ce film sera apprécié j'en suis sûre ! Samedi 3 mai à 20h30, Her, vous donnera un aperçu de ce qui vous attend, après facebook, après twitter, whatsapp et avant Divergente… Ne le ratez sous aucun prétexte, un homme averti en vaut deux, une femme aussi… Bonne chance ! Dimanche 4 mai, nous allons enfin savoir, grâce au premier long métrage de Matthias Affolter, pourquoi les hommes défient la montagne. Et si vous n'avez pas tout compris au travers de son film Montagnes en tête, vous allez pouvoir lui poser directement la question, et même peut-être partager un excellent brunch avec lui ! Nos chère têtes blondes et brunes (et toutes les autres) seront ravies, quand à elles, de venir passer l'après-midi avec nous et en compagnie de M. Peabody et Sherman...

Du 8 au 11 mai, une jolie série de longs-métrages nous attend de nouveau. Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? La toute nouvelle version des Quatre filles du Dr. March, qui promet de nous faire passer un agréable moment. Nebraska, samedi à 18h, dont la bande-annonce m'a fait rire aux éclats (mais je ne vous dirai pas pourquoi) semble être un très joli conte plein d'humour… Palo Malo, notre coup de coeur, est un tantinet plus sérieux par contre (quoique). Nous serons confrontés, une fois de plus, au dilemme de l'acceptation de nos différences. Et si jamais vous avez manqué M. Peabody et Sherman, la rediffusion, c'est ce dimanche à 16 h ou jamais, ne l'oubliez pas !

Bon films !
Christina

lundi, 31 mars 2014 13:35

Edito - 31 mars 2014

 

 

Les paresses d'une éditorialiste...

Oui, je vous l'avoue, ce mois-ci je ne suis pas très motivée ! Je pars en vacances dans deux jours et j'ai plus la tête dans mes bagages que sur mon édito. Depuis le début de la semaine j'essaie de m'y mettre, et je n'arrive toujours pas à retrouver ma verve légendaire. Heureusement que je ne suis pas en train de réaliser un film ! Je vois d'ici la daube que ça serait… Il n'empêche, des bons films il va y en avoir ces trois prochaines semaines. Depuis l'inénarrable (et pathétique) Les rayures du zèbre (avec le génial Benoît Poelvoorde) en passant par The grand Budapest hôtel (Coup de coeur avec le génial Ralph Fiennes) pour aller tout droit et du Jour au lendemain dans le domaine des soins à domiciles (présenté par son réalisateur !), on va en voir du pays. Et boire des verres aussi !  Je n'ai pas envie de faire très long, alors je bâcle n'est-ce pas. J'espère que vous ne m'en voudrez pas - mais comme vous ne me dites jamais si vous avez apprécié mes éditos, je suis sûre que vous ne me signalerez pas non plus le contraire pas vrai ? Bref, la semaine du 9 au 13 avril, les mamans ne doivent pas oublier qu'elles ont congé le mercredi après-midi pour aller boire le thé ensemble pendant que leurs adorables têtes blondes apprécieront The kid de Chaplin à la lanterne magique… Elle reviendront le soir, en robes longues et au bras de leurs chers époux pour déguster : Opéra Passion (non, pas le gâteau, la musique, restons sérieux !). Ce soir-là, c'est Giacomo Puccini qui nous fera rêver avec son Tryptique. Bien sûr, tout le monde et même les autres seront là pour l'Assemblée Générale de la Coopérative Mon Ciné et l'Assemblée Générale de l'Association des Amis du Royal. Comme je ne sais pas trop où exactement on met les majuscules (ça change selon les pays), j'en mets partout, voilà. Je disais donc il faut venir à ces assemblées, c'est primordial pour que le cinéma vive et perdure et chaque présence est importante ! Je compte sur vous ! En récompense nous assisterons gratuitement à la projection du film Le démantèlement de Sébastien Pilote. Un film Canadien (là je mets la majuscule par respect et parce que j'aime beaucoup le cinéma canadien) qui pourrait effectivement, comme le dit Adeline Stern dans son synopsis (on les trouve à la Pharmacie Benu et à différents autres endroits aussi), être le remake du Père Goriot. Avec l'accent ça va être encore mieux ! Vendredi nous aurons une nouvelle chance de voir ou revoir Surpercondriaque, le dernier blockbuster français de Dany Boon, histoire de décompresser un peu sans se faire mal à la tête. Le samedi soir, un très chouette Walt Disney : Dans l'ombre de Mary euh, non, je me trompe, on vous parlera plutôt ici des dessous de l'affaire Mary Poppins. Et croyez-moi, elle n'était pas de tout repos (avec la géniale Emma Thomson, merveilleuse en vieille fille coincée). Soirée passionnante en perspective. Ce même samedi et dans un registre un chouia plus sérieux, The monument men, où quand Monsieur Clooney joue les gendarmes américains. S'il est une chose que les américains font bien… mais je crois que je l'ai déjà dit, donc, en résumé, nous leurs devrions la conservation de certains de nos plus beaux chefs d'oeuvres. Merci d'avance ! A ne pas manquer non plus dimanche après-midi La Grande Aventure Lego, dernière reprise. La semaine du 17 au 21 avril, nous assisterons à La naissance d'un empire, ce qui  n'est pas rien, vous en conviendrez, puis à la naissance d'une vedette, avec Fiston… La sortie du mois en animation sera Clochette et la fée pirate, en 3D comme il se doit et la découverte du dernier chef d'oeuvre d'Alain Resnais Aimer, boire et chanter (avec le génial Hippolyte Girardot).

Bons films !
Christina

mercredi, 12 mars 2014 09:06

Edito - 12 mars 2014

 

 

Méfie-toi des Ides de mars !

Et voilà ! J'ai encore raté mon effet ! Moi qui voulais faire un lien entre Pompei, Jules César et les Ides de mars. Histoire que ça colle avec le titre de mon édito…. Je me ramasse lourd (mais je ne changerai pas mon titre pour autant !). Parce que si Jules César a bien été assassiné un 15 mars, en 44 avant JC (il paraît que ça ne serait pas arrivé s'il avait écouté sa femme, comme quoi !), à Pompéi, par contre, le Vésuve a érupté en 79 après JC ! Le film Pompéi a, lui, été tourné en 2013, puisqu'il vient de sortir. Et c'est comme ça qu'un effet de manche se noie… dans la Tamise.  Par contre, par contre, (oui c'est voulu, deux fois) l'Ide de mars - le 15 pour ceux qui n'auraient pas suivi - était tout de même un jour de fête (on dit férié je sais) dédié au Dieu Mars (là je mets une majuscule parce que c'est un Dieu, quand même). Et dans notre programme qui s'annonce, qu'avons nous le 15 mars ? Je vous le donne en mille : Superdriaque. Je ne dis pas le milieu parce que ça fait grossier… C'est pas la fête ça ? Du Dany Boon un samedi soir ? En fait, ce film-là, à mon avis, c'est un film pansement (et pour cause !), un film récompense, un film cerise sur le gâteau. Pourquoi ? Mais parce que les deux fois où on le passe, il vient après un spectacle - Opéra Passion : Alice au Pays des merveilles et La voleuse de livres - qui demande une participation élevée. Peut-être que j'exagère un peu pour Alice, on est d'accord. Par contre pour La Voleuse de livres je ne serais pas étonnée d'avoir raison. Attention, ne vous méprennez pas. C'est un film absolument superbe et magnifiquement interprété par Geoffrey Rush (plusieurs fois oscarisé) et Emily Watson qu'on connaît depuis son premier film, Breaking the waves, si vous vous souvenez. Vendredi et dimanche, In the name of (en français "Aime qui tu voudras" si je ne m'abuse) un film polonais à découvrir absolument. Je n'en dis pas plus, il semblerait qu'il promette quelques surprises. Rediffusion dimanche de Jack et la mécanique du coeur, une nouvelle aubaine pour ceux qui l'ont raté la session passée. La semaine prochaine, Pompéi donc, comme je le disais ci-dessus, dans une version qui ne manquera pas de plaire à notre belle jeunesse. De l'action, et aussi plein d'effets numériques. C'est beau le progrès tout de même ! Plus besoin d'envoyer nos enfants au casse-pipe pour les émotions fortes, il suffit de leur proposer des émissions fortes ! Le vendredi et le dimanche, on nous montrera Terre des ours, avec Marion Cottilard en voix off. Quelque chose me dit qu'ensuite, je ne regarderai plus mon nounours de la même manière, et en attendant, j'aurais appris bien des choses ! C'est ce week-end là également que nous verrons Ida, un autre film polonais, de Pawel Pawlikowski cette fois. Ce n'est pas, à proprement parler un film ludique, mais il n'en sera pas moins de toute beauté. Chaudement recommandé ! Du 27 au 30 mars plusieurs surprises nous seront offertes (enfin presque offertes !) en commençant avec le coup de coeur : Un été à Osage County, huis clos époustouflant avec des actrices flamboyantes comme nous le promet Adeline dans son synospsis… Oh que je me réjouis ! Vendredi, le Tarzan de Reinhard Klooss - film d'animation en 3D -  viendra nous préparer à la soirée cirque de samedi. J'espère que vous viendrez très nombreux, le spectacle commence à 18h sera suivi d'un buffet à 19h et poursuivra avec le film De la rue aux étoiles en présence de Verena Endiner, la réalisatrice, qui répondra ensuite à toutes nos questions. Vincent Adatte nous dit que ce film est une véritable leçon de vie, joyeuse et profondément émouvante ! Une soirée à ne pas manquer donc !

Bon films !
Christina

jeudi, 20 février 2014 08:17

Edito - 20 février 2014

 

 

Juste après la St Valentin… et avant le carnaval !

Et bien voilà, il est reparti jusqu'à l'année prochaine notre Saint Préféré ! On s'est regardés dans les yeux avec tout notre amour. Pendant ces quelques heures, sur terre, il n'y avait plus que toi, moi, nous… et comme un homme averti en vaut deux (et une femme donc !) ça fait vite du monde à nourrir comme dirait ma grand-mère… Alors le mieux, voyez-vous, c'est d'amener tout ce beau monde au cinéma, histoire de le nourrir de belles images !

On commence par la Lanterne magique cette fois (cet après-midi, donc mon édito arrive trop tard pour aujourd'hui, je sais mais on dira qu'il est donc légèrement en avance pour la prochaine fois). Une lanterne magique qui nous propose(ait) Les enfants du ciel. Une histoire d'enfants (pas que) pour les enfants qui va nous montrer, une fois de plus, combien nous avons de la chance (dans notre beau pays) et aussi nous montrer (une fois de plus), que même quand on n'en a pas (de la chance), il y a moyen de moyenner.

Demain soir, Jeudi, rediffusion du Vent se lève de Miyazaki, le moment ou jamais de le voir si vous l'avez raté la première fois ! Vendredi et dimanche vous apprendrez Tout sur Albert, mais surtout comment (ne pas) se laisser pourrir la vie par des influences pernicieuses… Je suis sûre que ça nous est arrivés à tous, souvenez-vous ! Samedi et dimanche nous nous laisserons séduire par les aventures de L'Apiculteur d'Ibrahim Gezer. A ne surtout pas manquer, dimanche soir, de partager le verre de l'amitié avec Mano Khalil, le réalisateur du film. Un petit block buster pour commencer la semaine suivante en beauté en la personne de RoboCop ? Petite mise à jour de nos notions en ce qui concerne les drones et autres armes de persuasion massive. Pour se radoucir le moral on reviendra le lendemain voir Les trois frères, le retour. Avec une joyeuse équipe qui a certes mûri mais qui semble avoir gardé sa fraîcheur d'esprit d'antan… enfin, pour ceux qui étaient déjà nés en 1995. Moi j'attendais mon fils… et vous ?

Oh là ! je viens de voir la bande annonce de Minuscule, La vallée des fourmis perdues et j'ai appris beaucoup de choses. Le film est adapté d'une série télévisée (157 épisodes quand même !) et il a la particularité d'être un long métrage entièrement muet. Du peu que j'en ai vu j'ai l'impression que nous allons être fascinés assez rapidement (essayez de fermer la bouche quand même). Un week-end ne saurait être complet sans une histoire d'amour à la clé… L'amour est un crime parfait n'a pas l'air d'être une histoire à l'eau de rose pour autant et ça va être intéressant de voir comment a été adpaté ce roman de Philippe Djian, sorti en 2010, par les frères Larrieu. La deuxième semaine de mars (bientôt le printemps !) va démarrer sur les chapeaux de roues avec La Belle et la Bête, dans une version réalisée par Christophe Gans. Si vous avez aimé Le pacte des loups… Je fais le mort le lendemain (de la veille) dans un tout autre registre, nous emmène à Mégève. Décors somptueux à l'appui, cette comédie dont l'argument est en partie tiré d'une petite annonce, s'annonce à la fois drôle et intelligente. A découvrir absolument ensuite, A touch of sin (que je traduirais personnellement par "Eclairs de folie") est l'adaptation de quatre faits divers incroyablement violents qui nous montrent l'évolution de la Chine telle que la comprend Jia Zhang ke. De quoi frémir… Et se faire douceur. dimanche à 15 heures, sans arrière-pensée dans l'enchantement de Jack et la mécanique du coeur. Tim Burton et Georges Méliès réunis et inspirants, sans phagocytose… Que rêver de mieux ?

Bon films !
Christina

mardi, 28 janvier 2014 14:51

Edito - 28 janvier 2014

 

Tout ce que j'aime !

Les liens du sang où ceux du coeur ? Mon chéri va de nouveau me dire que je "fais dans le social". C'est vrai, c'est chez moi une vocation contrariée. Hier je pestais de ne pas pouvoir entrer dans des films moyennement, voire très, violents et aujourd'hui je ne sais plus où donner de la tête tant ceux qui nous sont proposés me semblent humains. Peut-être qu'après voir chanté sous la pluie, mercredi à la Lanterne Magique j'aurai les idées plus claires ? Allez savoir… Et s'il fallait justement ne pas avoir les idées trop claires pour accéder totalement à Baguette Magique ? le film de Frédéric Gonseth qui sera présenté ce même soir à 19h30 en présence du réalisateur dans le cadre de l'Association Générale Gens des Hauts Pays. Le peu que j'en ai apprécié grâce à la bande annonce est tellement prometteur. Je vois déjà la soirée de rêve se profiler à l'horizon ! Imaginez : un immense manège, un dresseur magicien, un chef de Choeur charismatique, des chanteurs extraordinaires et des chevaux en liberté !

Petit changement de registre le lendemain soir avec La vie rêvée de Walter Mitty. Le film incontournable pour tous ceux qui ont l'habitude de se céconnecter de temps en temps de leur routine et de se lâcher dans un imaginaire débridé. Je sens qu'on va nous donner des idées et des ailes, un vrai feu d'artifice ! Heureusement d'ailleurs parce que le lendemain soir, Philomena sera un film nettement plus sérieux (et plus social) même si tout aussi captivant. A une époque où il n'est plus si scandaleux de voir des adolescentes enceintes, ça va nous faire tout drôle de replonger dans l'enfer des Magdalenes Sisters (Peter Mullan - 2001). Une chose reste immuable cependant, on ne parle toujours pas des pères.  A croire qu'elles ont toutes fait leur bébé toutes seules. Vous dites ? Problème de déni ? Je vois.

Opéra Passion avec La Dame du Lac de Rossini sur un livret de Tottola d'après un poème de Walter Scott. Dont je viens d'apprendre que, outre le fait qu'il soit l'auteur d'Ivanhoé, il est né le même jour que moi (et que Napoléon !) et que c'est à lui qu'on doit le retour du tartan et du kilt dont le port et l'usage avaient été interdits par une loi du Parlement anglais de 1746. Vous voyez ce que ça donne quand on empêche un homme de porter sa jupe ?  Ceci dit, j'aime vraiment beaucoup Giacomo Rossini. Je me réjouis de voir La Dona del Lago et j'espère que j'aurai autant de plaisir qu'à l'écoute de son Guillaume Tell.

Si comme moi, votre mère vous a élevées en scandant : Jamais le premier soir (si tu veux qu'il t'épouse), lisez bien ce qui suit : selon la réalisatrice, Mélissa Drigeard, le titre du film ne doit rien au hasard. Au contraire : "C’est fou, cet acharnement à vouloir faire du bonheur une équation ! Je pense au contraire que la bonne méthode pour être heureux c’est surtout de ne pas en avoir (de méthode). A l’évidence, tout le monde se plante. C’est ça qui est drôle ! D’ailleurs le titre Jamais le premier soir est un clin d’oeil moqueur : il reprend l’une de ces premières règles absurdes que l’on trouve au chapitre « Amour » dans les ouvrages d’épanouissement personnel."  Voilà qui remet bien l'église au milieu du village !

Revenons-en au social avec Ne m'oublie pas. Elle était engagée, elle avait fait de la politique, elle avait une sacré personnalité et voilà que tout fout le camp, il s'en est rendu compte le jour où elle a carrément oublié les cadeaux et le repas de Noël... C'est l'hommage magnifique d'un fils à sa mère, une façon intelligente de contrer une maladie impitoyable, de garder la mémoire. Nous resterons au coeur de l'humain encore avec cet autre film tout aussi poignant dont j'ai repris le commentaire suivant que je trouve autosuffisant : «Le thème de L’escale est celui des désillusions. C’est un film sur des gens qui essaient de s’extraire de leur condition et d’avoir prise sur leur destin» explique Kaveh Bakhtiati, son réalisateur, précisant encore: «Jamais je n'aurais imaginé, avant de partager leur quotidien, à quel point  ils (les émmigrés) étaient plus courageux et entreprenants que je ne l’avais jamais été. Il y une force contagieuse en eux, qu’on retrouve dans les yeux des survivants ou des miraculés». Et de ceux qui n'ont rien à perdre aussi non ? Nous nous réjouissons de le voir et aussi de rencontrer Monsieur Bakhtiari !

Le dernier chef d'oeuvre de Miyazaki (qui vient de nous annoncer qu'il prend sa retraite à 72 ans), Le Vent se lève,  nous sera proposé dimanche à 15 h et à ce que je vois, il n'est pas seulement destiné aux enfants. Venez nombreux voir ce film magnifique, le seul film de Miyazaki qui est tiré d'une histoire vraie (si mes sources sont justes !) La semaine suivante sera tout aussi intéressantes avec, pour commencer, le jeudi 13 février, un film de Steve McQueen (II) 12 Years a slave. Un film fascinant quand on pense que tout cela est parti d'un affreux malentendu, naître libre dans un état libre et se faire enlever et vendre (est-ce que c'est vraiment fini ce temps-là ? pas si sûr…) Yves Saint Laurent nous sera proposé vendredi pour la St Valentin. Ça tombe bien, rares sont ceux qui n'ont pas aimé ses créations. Avec en plus l'occasion de revoir Guillaume Gallienne, le joli cadeau que voilà ! Samedi (et dimanche), un coup de coeur : Henri, de notre amie Belge Yolande Moreau qu'on ne présente plus ! D'après ce que j'en ai entrevu, on dirait bien que nous allons faire un immense plongeon dans son univers très spécial d'émotion et de poésie…

Bons Films !
Christina

lundi, 06 janvier 2014 15:09

Edito - 6 janvier 2014

 

Et des films sur la toile...

Lundi 6 janvier. Holà…. voilà qui nous rapproche dangereusement de l'été.

Il y a comme ça des choses qui ne changent jamais. Les américains nous submergent de block-busters, les Suisses nous font de magnifiques films engagés et/ou documentaires, les Coréens (Nord et Sud) un cinéma d'auteur à questionnement poético-philosophique, les Britanniques, les Orientaux et les Australiens retravaillent leur histoire, les Sud-Américains partent à la découverte du monde et de ses espoirs.

Chacun à sa manière poursuit sa route. Vers la Liberté, comme Nelson Mandela, vers la survie et la paix sociale, comme Suzanne, vers les fantasmes d'égalité comme Angélique, à la recherche de ses origines comme Loulou, vers le dépassement de ses limites comme Robert Redford dans All is lost, vers un désir de justice et d'évolution, comme Fred Hausamman dans Bouge ! Vers la réalisation de ses Rêves d'or, vers notre édification historique avec Mary, Queen of Scots, vers une fresque futuriste destinée à nous faire prendre une certaine conscience avec Snowpierce et enfin, vers une recherche d'honnêteté politique avec Le cinquième pouvoir voire d'égalité des droits avec La marche.

Nous aurons aussi la chance de recevoir au moins deux réalisateurs de talent, tels Fred Hausammann le 9 janvier et Thomas Imbach le 11 janvier. Avec aussi une découverte (Rêves d'or), une avant-première (Mary, Queen of Scots) et un  coup de coeur (Snowpiercer), voilà un mois de janvier bien riche en événements !

Je nous souhaite à tous de bien en profiter !

Bons films !
Christina

Page 2 sur 196
© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix