Nicolas

Nicolas

mercredi, 24 juin 2020 13:42

Love Me Tender (VOst)

Samedi 4 juillet à 18h, en présence de la réalisatrice.

Née à Lima, Klaudia Reynicke a grandi entre New York, Lausanne et… Moutier ! Après des études d’anthropologie, elle s’est formée à l’ECAL et à la Head, avant de s’établir au Tessin où elle a réalisé son premier long-métrage, « Il nido » (2016), une fiction inspirée de l’affaire Luca, un enfant victime d’une mystérieuse agression.

Avec « Love Me Tender », cette cinéaste de tempérament signe l’un des films suisses parmi les plus forts de ces dernières années… À trente-deux ans, Seconda (Barbara Giordano) habite encore avec ses parents retraités. Atteinte d’agoraphobie elle se garde de tout contact avec l’extérieur.

Un jour, la jeune femme trouve enfin la force de sortir de chez elle. Pour se protéger, la voilà qui revêt un justaucorps et en devient une super anti-héroïne inoubliable… Un film déstabilisant, mais combien exemplaire !

mercredi, 24 juin 2020 13:36

Where We Belong (VOst)

Samedi 25 juillet à 18h, en présence de la réalisatrice.

Après avoir consacré ses deux derniers films à des insomniaques en quête de repos (« Goodnight Nobody ») et à trois hommes en recherche de sens (« Almost There), la réalisatrice suisse Jacqueline Zünd a choisi de traiter le thème du divorce, mais à travers le regard et la parole exclusives des enfants.

Elle en a choisi cinq pour essayer de saisir ce qui se passe pour eux lorsque les parents se séparent. Face à sa caméra, ses jeunes protagonistes disent toute la difficulté de comprendre dans ces moments-là quelle est leur place (d’où le titre anglais du film qui, littéralement signifie « où nous appartenons »).

De façon admirable, la cinéaste ponctue ces entretiens avec des scènes de transition chargées d’émotion, saisissant par exemple toute la tension du « changement de parents » sous un soleil de plomb sur un parking d’autoroute.

Samedi 25 juillet à 18h, en présence de la réalisatrice.

 

Event WherewebelongWEB

Fred Rogers est un homme de télévision américain dont le programme éducatif Mister Rogers' Neighborhood a été suivi par des millions de téléspectateurs entre 1968 et 2001. À l’occasion d’un rendez-vous en vue d’écrire un article sur ce sujet, un reporter du magazine Esquire va découvrir un homme à l’opposé de ce qu’il en pensait a priori.

Avec une belle sensibilité, la cinéaste américaine Marielle Heller reconstitue cette rencontre qui voit un journaliste à la plume acérée perdre ses moyens face à un homme qui lui retourne ses questions avec une placidité paraissant à toute épreuve…

Par ce biais et le concours de Tom Hanks, imparable dans le rôle de Fred Rogers, la réalisatrice réussit un portrait nostalgique d’une Amérique fraternelle, très éloignée de celle que le sieur Trump est en train de réduire en cendres.

mercredi, 24 juin 2020 13:27

Judy

Biopic très prenant et démystificateur, « Judy » du cinéaste britannique Rupert Goold raconte comment le « star-system » hollywoodien a littéralement broyé l’actrice Judy Garland (1922-1969) qui en fut sans doute l’une des victimes les plus saisissantes.

Son film l’épingle tel un malheureux papillon peu avant sa mort, alors qu’elle tente un come-back sur une scène londonienne. Judy Garland en est déjà à son cinquième mariage. Alcoolique, accro aux médicaments, elle trimbale avec elle ses deux jeunes enfants qu’elle voudrait élever le plus loin possible d’Hollywood.

Par le biais de plusieurs flash-back, le spectateur prend alors connaissance des différentes stations de son calvaire à paillettes, à commencer par celle du « Magicien d’Oz » (1939) qui lança la carrière de l’actrice alors âgée de seize ans…

Samedi 18 juillet à 18h00, en présence du réalisateur et de Cody.

 

Event CodyWEB

mercredi, 24 juin 2020 13:18

Honeyland (VOst)

Dans un hameau désert niché au cœur de la Macédoine, Hatidze vit seule avec sa mère infirme. Son existence, âpre mais bien réglée, tourne entièrement autour de la récolte du miel. Sans aucune protection et avec passion, elle communie avec les abeilles.

Parcourant les montagnes à la recherche de nids, soignant ses ruches, cette femme hors du commun s’est fixé une règle qui garantit la bonne harmonie de cette collaboration : elle prélève uniquement le miel nécessaire pour gagner modestement sa vie. Las, cette idylle bourdonnante est menacée par de nouveaux arrivants qui perçoivent le miel comme une marchandise lucrative…

Réalisé par les cinéastes macédoniens Tamara Kotevska et Ljubomir Stefanov, « Honeyland » est un documentaire de toute beauté, qui magnifie en lumière naturelle l’existence hors-norme de sa protagoniste.

mercredi, 24 juin 2020 13:15

Where’d You Go, Bernadette (VOst)

Réputé pour ses projets décalés, Richard Linklater est un cinéaste à suivre. Cette fois, le réalisateur du formidable « Boyhood » (2014) s’essaye à la comédie dramatique en adaptant le premier roman de l’écrivaine américaine Maria Semple, intitulé en français « Bernadette a disparu ».

Architecte renommée, Bernadette Fox (Cate Blanchett) hait la banalité de sa vie. Elle a pour seuls amis sa fille Bee (Emma Nelson), brillante ado de quinze ans, et son assistant virtuel sur Internet. Voilà déjà vingt ans, Bernadette a sacrifié sa carrière pour suivre à Seattle son mari, informaticien hors pair.

Au fil du temps, cette femme souffrant d’insatisfaction chronique, s’est isolée du monde extérieur, jusqu’au jour où elle disparaît après un incident de voisinage. Pour tenter de la retrouver, Bee est prête à aller jusqu’en Antarctique…

mercredi, 24 juin 2020 13:11

MARE (VOst)

Samedi 11 juillet à 18h, en présence de la réalisatrice.

Bien qu’elle habite juste à côté de l’aéroport, Mare (Marija Škaričić) n’a jamais pris l’avion. Mariée à son amour de jeunesse, elle s’efforce d’élever ses trois enfants adolescents. En son for intérieur, elle aspire pourtant à l’indépendance. Croisant un ouvrier temporaire, Mare croit entrevoir alors une « piste d’envol »…

Prisonnière de son double rôle de mère et d’épouse, Mare ressent en effet un désir de liberté impérieux avec lequel elle va tenter de composer. Héroïne sublimement ordinaire, elle va s’y efforcer dans un lieu étriqué, un no man’s land où l’on ne fait que passer…

La cinéaste croato-suisse Andrea Štaka (« Das Fraülein », « Cure ») nous délivre un portrait de femme bouleversant, à la fois âpre, sensuel et régénérateur. Du grand, du beau cinéma, où palpite la vraie vie, à découvrir en priorité sur le grand écran.

Page 1 sur 139
© 2020 Cinéma Royal de Ste-Croix