mercredi, 25 août 2010 08:37

Edito - 25 aout 2010

Évaluer cet élément
(0 Votes)
Petite histoire de daube...


Depuis le temps que j’entends ce mot utilisé pour désigner un film quelque peu limité, j’ai eu envie d’aller interroger mon Petit tonton Robert sur sa signification exacte.

Daube : terme générique pour ragoût (parfois fadasse); viande marinée, puis mijotée  très (trop ?) longuement dans une sauce, plus ou moins farineuse, et conséquemment épaississant à la cuisson.

Bon, je veux bien que certains films soient assez épais, certaines ficelles un peu tirées par les cheveux... La première fois que j’ai mangé de la daube c’était en Belgique et ce n’était pas génial-génial. Même du haut de mes 10 ans je m’en suis rendu compte. Or, si on prend en compte la tripotée d’acteurs belges qu’on retrouve en haut de l’affiche ces dernières années, pour ne pas les nommer  : Benoît  Poelvoorde,  Cécile de France, Jérémie et Natacha Rénier, Olivier Gourmet, Deborah François et Emilie Dequenne on pourrait se dire que la cuisine belge a fait d’incommensurables progrès ces quarante dernières années...

Mais là n’est pas mon propos. La daube française n’est pas mal non plus. Le boeuf en daube bien sûr, qui n’est plus systématiquement du beauf en daube (le comble pour une daube!) et, à ce sujet, je suis quasi certaine que notre prochain film “Tournée”, de et avec Matthieu Amalric (j’ai un faible très légèrement fariné pour lui !) n’en sera pas une... de daube !

Évidemment, l’autre film, Tetro, choisi sur un coup de coeur de notre adorable gérance, il n’est même pas question de le critiquer n’est-ce pas ? Nous allons, une fois de plus, nous laisser éblouir !

Bons films!
Christina
Lu 1017 fois

© 2019 Cinéma Royal de Ste-Croix